Gambie: Qui est Zeinab Jammeh, l’intrigante épouse du dernier roi de Gambie.

Gambie: Qui est Zeinab Jammeh

0

S’il y a une première dame qui, ces dix huit dernières années, a régné en véritable reine de palais, c’est bien Zeinab Soumah, l’épouse du dernier roi de Gambie, le Baabili Mansa. Portrait d’une reine que le dernier roi de Gambie n’a jamais réussi à dompter.

Entrée dans la vie de Yahya Jammeh, sans tambours ni trompettes, la vie de l’ex-First Lady de Gambie a été tumultueuse. Et les récits fantaisistes comme les commentaires ont foisonné à travers le monde. Les uns plus farfelus que les autres.

Mille fois présentée, par la presse, comme séparée de son mari et sur le point de faire main basse sur la fortune de His Excellency Professor, celle pour qui Yahya Jammeh a tout cédé est un mythe vivant que rien, pourtant, n’avait prédestiné à cette soudaine célébrité.

Née d’un père guinéen arrivé comme étudiant au Maroc et d’une mère marocaine, Zeinab Soumah, comme ses nombreux frères et sœurs, a grandi sous l’ombre d’un papa qui a fait prévaloir l’éducation noire africaine à ses enfants au détriment de celle arabo-berbère.

A Fès, où il résidait, El’hadji Ibrahima Soumah, le père de la belle Zeinab, est un notable respecté et craint pour ses connaissances mystiques. Un grand guérisseur qui soigne l’épilepsie comme de nombreuses autres maladies. Chez les marocains, comme dans la communauté des premiers ouest-africains installés dans le royaume chérifien, son histoire se raconte toujours.

Un père polygame attaché aux cultures africaines

Etudiant boursier de l’Etat guinéen, Ibrahima Soumah avait comme camarades de promotion l’imam Iyan Thiam, alors secrétaire général des étudiants en langue arabe, feu l’imam Hassan Cissé de Kaolack, Madicoye Djitté de Samine, l’imam Moustapha Guèye, Kéba Daffé, le marabout de Dioghère et… Mamadou Nkrumah Sané, devenu chef des indépendantistes casamançais.

Proche de ses frères, Ibrahima Soumah ne ratait aucune occasion pour inviter les ouest-africains à son domicile au contact de sa grande famille. Comme en 1966, à l’occasion de la fête du trône organisée par Hassan 2, arrivée quatre années plus tôt au titre de roi du Maroc.

Pour honorer le nouveau roi, le Sénégal avait dépêché une délégation officielle composée d’Emile Badiane et de Doudou Thiam, ministre des affaires Etrangères. Ces derniers avaient, dans leurs bagages, amené le ballet national du Sénégal pour égayer la fête.

«C’est ainsi qu’une fête a été donnée dans l’amphithéâtre de l’Université de Fès. Après la fête, vers minuit, Ibrahima Soumah nous avait tous invités chez lui, avec les griots pour offrir une nuit de Kora à sa famille», se Mamadou Nkrumah Sané.

Une fille qui a vu sa mère souffrir dignement et en silence

Plus que la générosité du père de Zeinab, c’est la stricte pratique des valeurs noires africaines, décelées chez cet homme installé, depuis longtemps en terre arabe, qui avait frappé plus d’un invité: il avait fait venir toutes ses 3 épouses à la fête et cela, c’était une première.

Parmi les griots qui étaient, ce fameux soir, chez les Soumah, il y avait Soundioulou Sissoko et Lalo Kéba Dramé. Comme si c’était hier, Rokhaya Dieng alias Coura Mbissane, l’éternelle épouse de Lalo Kéba, s’en souvient. «Oui, c’étaient de belles retrouvailles autour de la culture mandingue. Et j’ai été ravie d’apprendre, plus tard, que c’est la fille de Soumah qui est devenue l’épouse de Yahya Jammeh», se rappelle l’animatrice de Radio Sénégal.

Si peu d’information circule sur la rencontre entre Yahya Jammeh et Zeinab Soumah, il se raconte que, c’est sur un coup de foudre, que l’ex président gambien, alors marié à Touty Faal, a tout abandonné pour les beaux yeux de la métisse marocaine. «Dès qu’il a rencontré Zeinab, Yahya a compris que c’était elle sa femme.» Se rappelle un ancien employé des fermes de Kanilaï.

Né d’un père polygame, Zeinab Jammeh, qui a connue une enfance heureuse, dans une grande famille, a vu sa mère souffrir, dignement, de la cohabitation des quatre femmes de son père. Et, c’est pour ne pas vivre le drame conjugal vécu par sa mère qu’elle a décidé qu’elle ne partagerait jamais son homme.

Dakar, la seconde patrie de la jeune Zeynab

Dans le contrat du mariage scellé au Maroc, Yahya Jammeh dont le lien conjugal avec la sénégalaise –Touty Faal- battait de l’aile, s’était engagé à un régime de polygamie. Et, dés que le mariage avec la fille marabout a été scellé, il s’est défait de celui qui le liait à la sénégalaise. Allant jusqu’à l’humilier publiquement ; en l’accusant de complicité avec le régime de Abdou Diouf pour le faire assassiner.

Exit Touty Fall, IN Zeinab Soumah. Mais, à peine a-t-elle eu le temps de s’installer au State House que la First Lady va apprendre l’existence de Natalie Zahra Gomez, la fille du ministre gambien de la justice que le Boss a eu le toupet d’installer au service de protocole du palais.

Comme rien d’officiel ne liait son mari à cette intruse, la docile épouse fera avec. En épousant un sahélien, Zeinab Soumah, comme sa mère, savait que les Kawri –noirs- ne sont pas faits pour n’avoir qu’une seule femme.

L’Idylle du Boss avec Nathalie Gomez prendra fin le jour où Yahya Jammeh posera le regard sur la meilleure copine de celle-ci : Halima Sallah, la fille de Gibril Sallah, l’ambassadeur de la Gambie en Arabie Saoudite. «En guise de dot, Yahya Jammeh a offert 75 millions de F CFA, des voitures et la prise en charge de toute la belle famille», soutiennent aujourd’hui les nouveaux maitres de Banjul.

Choquée par la nouvelle, celle qui vivait aux cotés de Yahya Jammeh depuis 1999 prétextera un rendez-vous médical pour se rendre aux Usa avec ses deux enfants, Mariam et Mouhamed Yahya.

 

Jamais divorcée, toujours amoureux de Yahya Jammeh

Une fois sur le territoire américain, elle a introduit une demande de divorce et actionné ses avocats pour mettre la main sur les avoirs du dictateur gambien, au Maroc et en Guinée. Seule possibilité pour freiner cette procédure, l’épouse a exigé le divorce d’avec Halima, âgée, en 2010, de 18 ans seulement.

«Comme il savait que Zeinab bluffait, Yahya Jammeh n’a pas cédé au chantage. Mais, c’est Halima, elle-même, qui a été la cause de sa séparation avec le président», se rappelle son ancien employé des fermes de Kanilaï.

Alors qu’elle venait de se marier en septembre, il se racontait dans les rues de Banjul que Halima était enceinte de 3 mois. Et la rumeur voulait que Yahya Jammeh ne soit pas le père de l’enfant.

Furieux de ces commérages, le Babili Mansa a envoyé l’imam de la mosquée du State House voir les parents de la fille pour lui accorder le divorce. Mais, entre temps, Halima avait quitté la Gambie et se trouvait, elle aussi, aux Usa.

Et comme Touty Fall, elle et les siens ont été humiliés par le Président qui leur a repris toutes les voitures qu’il avait mises à leur disposition. Son enfant, né aux Usa, en 2011, n’a jamais rencontré l’ancien monarque de Banjul.

Jalouse de nature, Zeinab Jammeh est aussi connue pour sa folie dépensière. «Lorsqu’elle va dans une boutique, elle ne fait pas dans la demie mesure. Toutes les belles choses qui lui sont présentées atterrissent dans le coffre de sa bagnole. A Paris, à Londres comme à New York, où le couple dispose d’une résidence à Potomac, c’est connu», a témoigné un opposant historique des Jammeh.

C’est cette proximité de Zeinab avec l’argent qui pousse des journalistes à voir la silhouette de la première dame dans tous les montages financiers. Et, c’est ce qui explique qu’on l’ait tout dernièrement rapproché de Samuel Sarr.

Si les relations entre Samuel Sarr et la Gambie remontent à sa naissance, par sa mère qui est gambienne, l’amitié entre le couple Jammeh et l’ancien «Eternel Wadiste» s’est envolée avec l’arrivée au pouvoir de Abdoulaye Wade. Et sa trahison du pacte de Banjul.

De sources gambiennes, établies à Washington, il se raconte que Yahya Jammeh se serait, via Samuel Sarr, approché de l’opposant Abdoulaye Wade et l’aurait aidé financièrement pour sa campagne électorale de 2000. Et ces sources ont ri sous cape quand ils ont lu que Zeinab Jammeh était venue à Dakar pour rencontrer Samuel Sarr et Amadou Samba.

L’attrait des journalistes Sénégalais

«Si Zineb voulait rencontrer Samuel Sarr et Amadou Samba, elle savait pertinemment que Dakar n’était pas l’endroit indiqué pour être tranquille», a laissé entendre une source proche du président Jammeh ayant rigolé de l’inculture des journalistes sénégalais.

De même, si Zeinab, qui a une partie de sa famille au Sénégal, voulait venir à Dakar elle n’a pas besoin de se cacher. L’une des femmes de son père, Marianne Saad, est domicilié à Dakar. Et Zeinab a grandi en compagnie de ses frères entre Dakar et Fès. «Et c’est à Dakar chez sa belle mère qu’il a croisé Yahya Jammeh pour la première fois alors qu’il était venu solliciter les prières de El’hadji Ibrahima Soumah», a confié un ancien des renseignements sénégalais.

Après 18 ans de mariage, autant d’années de bonheur –même si elles sont parsemées de périodes de jalousie-, Zeinab tient toujours à son homme. Elle n’avait jamais envisagé le divorce. Elle n’y songe pas aujourd’hui non plus. Au contraire, après la perte du pouvoir, le couple s’est, davantage, soudé. Et Zeinab nage dans le bonheur fou d’avoir, enfin, son homme à elle toute seule.

 

Laisser un commentaire