France: La justice se penche sur les Afghans au service de l’armée française

    France

     

    Menacés pour avoir collaboré avec l’armée française en Afghanistan, une trentaine d’anciens interprètes ont contesté ce jeudi 17 novembre 2016, via leurs avocats, le refus de l’Etat français de leur accorder un visa.

    Le tribunal administratif de Nantes, seul compétent en la matière, a examiné 31 dossiers, en majorité d’anciens interprètes, mais aussi d’anciens magasiniers ou commis de cuisine. Les avocats se sont appuyés sur une loi de 1983 qui oblige l’Etat à protéger ses fonctionnaires et ses contractuels en cas de menaces qui sont les conséquences de l’exercice de leurs fonctions.

    Entre 700 et 800 personnes ont collaboré avec l’armée française entre 2002 et 2014, année du retrait des derniers contingents français. La moitié environ ont bénéficié d’un processus de relocalisation ou d’exfiltration en France, mais des dizaines d’autres Afghans continuent de vivre dans la peur et sont victimes de menaces.

    Fenna Baouz est avocate à Paris et membre du collectif des avocats au service des auxiliaires afghans de l’armée française, elle rapporte les menaces dont ils sont victimes :

    « Ce sont des personnes qui sont perçues comme des traitres ou des espions soit par les talibans ou par d’autres groupes d’insurgés et même par une bonne partie de la population civile en Afghanistan. J’ai l’exemple d’un interprète qui a travaillé pour la radio omid de l’armée française qui a opéré à Kapisa dans une zone de combat. Cet homme-là a été menacé de mort par un taliban qui lui reprochait d’avoir donné des informations qui avaient permis à l’armée de tuer son frère. Il a dû fuir son village pour se réfugier à Kaboul. Il est obligé constamment de se déplacer, de changer de lieu d’habitation. Il a fait l’objet de plusieurs menaces de mort. Ce sont des cibles privilégiées des talibans. »

    Le collectif a dénoncé le mois dernier dans une lettre adressée aux ministres français de la Défense et des Affaires étrangères, les « carences du dispositif de relocalisation en France » qui « met en danger plusieurs dizaines d’auxiliaires ». Selon l’Agence France-Presse (AFP), ces dernières années, plusieurs interprètes ont été décapités en Afghanistan.

    Laisser un commentaire