Exclusif: Serigne Moussa Diop, l’ancien receveur des Domaines de Ngor inculpé et placé sous contrôle judiciaire

C’est une affaire ultra sensible que le tribunal de grande instance de Dakar est en train de gérer, actuellement. Et, elle concerne principalement Serigne Moussa Diop, l’ancien receveur des Domaines de Ngor Almadies. Avant d’arriver sur la table du doyen des juges, ce dossier ultra sensible a fait l’objet de multiples tractations dans les bureaux des services des Impôts et Domaines pour éviter sa mise sur la place publique; tellement les enjeux sont grands. Et les personnes impliquées importantes de par leur fonctions dans l’administration. Enquête…

A en croire Serigne Moussa Diop, dans une conversation clandestine, enregistrée par Cheikh Ndir qu’il cherchait à amadouer pour trouver une solution à l’amiable à ce différend, “même le DG est gêné par l’affaire et ne voudrait pas la voir étalée sur la place publique.” Pour rappel, ce DG auquel a fait référence Serigne Moussa Diop n’est autre que l’actuel directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignation, le coffre fort du Sénégal. A l’origine de cette affaire, qui fera grand bruit et dont Kewoulo a eu l’exclusivité, se trouve des magouilles et manœuvres frauduleuses effectuées par M. Serigne Moussa Diop pour s’approprier des terres appartenant exclusivement à la famille de Cheikh Ndir, un sénégalais établi depuis quelques années au Canada.

Pour réaliser l’une des arnaques les faciles et des plus juteuse de sa vie, le receveur du bureau des Domaines a monté toute une stratégie tendant à faire croire que les procédures avaient été respectées. Après s’être renseigné sur l’état réel du terrain (TNI) qui l’intéressait, il a utilisé le nom d’un nommé Mamadou Seck, Djaraf établi à Yoff, pour s’écrire et s’envoyer une demande de régularisation d’un terrain domanial qui appartiendrait “à la famille Ndiama Mbengue, Ala Mbengue et Cheikh Ndir.” “En réalité, si Cheikh Ndir existe, les deux premiers nommés ne sont que fictifs. C’est ce qui explique le faux et usage de faux.” A confié à Kewoulo une source judiciaire. Qu’à cela ne tienne, en possession de cette demande de régularisation, Serigne Moussa Diop a envoyé un courrier pour “avis et observations” au chef de l’inspection du cadastre des Parcelles Assainies de Dakar.

C’est en 2011 que tout cela a commencé. J’étais à l’étranger et c’est, mon frère, Mouhamed Amar Ndir, qui avait sollicité la régularisation du terrain en question. Et, c’est à ce titre qu’il s’est adressé à Serigne Moussa Diop, le receveur des Domaines de Ngor Almadies. Tout a été fait dans les règles de l’art. Mais, dans l’attente de ce bail, mon frère est décédé. Nous étions en 2013.” A témoigné Cheikh Ndir. Avant le décès de Mouhamed Amar Ndir, un inspecteur des Impôts, sur instruction, certainement, de Serigne Moussa Diop ou conscient de la valeur marchande de ce terrain, avait contacté le cadet des Ndir pour obtenir, de lui, une promesse de vente après le morcellement.

Et c’est Serigne Moussa Diop, lui-même, qui a légalisé cette promesse de ventes. Donc, il connaissait bien la situation de notre terrain.” A témoigné Cheikh Ndir qui avait même fait construire une mosquée sur les 300 m2  du site et l’a offert aux populations pour cause d’utilité publique. Et subitement, en 2014, alors que personne ne s’y attendait, un bail est sorti. Et aussi invraisemblable que cela puisse paraître, il est délivré au nom de Cheikh Ndir qui n’avait, pourtant, fait aucune démarche dans ce sens. Et surprise, il est aussi établi au nom de Ala Mbengue et de Ndiama Mbengue. “Ces gens là n’existent pas. Ils ne sont pas de ma famille.” S’est époumoné Cheikh Ndir.

Toutefois, c’est à eux que s’est substitué Serigne Moussa Diop pour morceler le terrain en 38 parcelles -34 selon d’autres sources- en donner à certains de leur “amis” d’en haut. “Et le reste a été, pour la plupart, vendu à des Sénégalais de l’extérieur. C’est ce qui complique ce dossier. Et, si ce bail devait être annulé aujourd’hui; puisque obtenu sur la base du faux, ce sont des dizaines de sénégalais qui vont porter plainte contre Serigne Moussa Diop et compagnie.” A déclaré une source judiciaire. Alors que Cheikh Ndir était dans l’attente d’une solution à l’amiable pour régler son problème, voila que l’homme à l’origine de la prédation des ses terres est bombardé conseiller technique du directeur général des Impôts et Domaines. Et certains, le disaient, consenti pour remplacer Mame Boye Diao, le Directeur des Domaines, actuellement dans l’œil du cyclone.

Après avoir longuement cherché à avoir une solution négociée avec ceux qu’il appelle aujourd’hui “la mafia des Impôts et Domaines”, Cheikh Ndir s’est résigné à saisir, par une plainte, le doyen des juges, avec constitution de partie civile. Convoqué, Serigne Moussa Diop a passé plusieurs heures dans le cabinet d’un juge d’instruction. C’était jeudi dernier. Et convaincu de la culpabilité du mis en cause, le juge d’instruction l’a mis en examen. “Il est inculpé et placé sous contrôle judiciaire pour association de malfaiteurs, faux et usage faux et occupation illégale de biens appartenant à autrui.” A soutenu une source judiciaire. Contacté par Kewoulo pour avoir sa version des faits, Serigne Moussa Diop a promis de nous contacter par le canal de son avocat. Et ça fait une semaine que la rédaction de Kewoulo l’attend.

Laisser un commentaire