États Unies: L’ouragan Michael a dévasté le nord-ouest de la Floride

États Unies: L'ouragan Michael

Avec des vents d’une violence inouïe, provoquant destructions et inondations, l’ouragan Michael a frappé de plein fouet le nord-ouest de la Floride et a poursuivi – rétrogradé en tempête tropicale – sa course vers la Géorgie, faisant au moins une victime. Les responsables du comté de Gadsden en Floride, à plusieurs kilomètres des côtes, ont signalé à l’AFP « un mort lié à l’ouragan », la première victime de ce cyclone.

Sur le littoral, à Panama City, les déplacements étaient extrêmement difficiles à cause des nombreux arbres arrachés et des débris jonchant les chaussées et les dégâts très importants.

L’ouragan a touché terre à 17h30 TU avec des vents soufflant à 250 km/h. Situé dans cette ville de 35 000 habitants, l’hôtel des envoyés spéciaux de l’AFP a été légèrement endommagé par les rafales de vent. Des images postées sur les réseaux sociaux montraient une partie de Mexico Beach, à une trentaine de kilomètres, sous plusieurs mètres d’eau avec des maisons immergées jusqu’au toit, parfois partiellement arraché. Des photos des habitants de villes environnantes montraient des bâtiments éventrés ou réduits à un tas de planches entremêlées, tel un jeu de mikado.

Contactée par RFI, Loren Beltran, une habitante de Mexico Beach, témoigne de la violence des vents : « Ma maison se trouve à Mexico Beach en Floride, ou plutôt, elle se trouvait à Mexico Beach. Elle n’existe plus, la petite ville qui s’étend sur quelques kilomètres le long de la côte est dévastée, sous les eaux. Heureusement, la police locale avait lancé l’ordre d’évacuation dès lundi. […] Je suis moi-même partie dès lundi soir, j’ai même pu vider une bonne partie de mes affaires, donc tout ce que j’ai perdu sur place, ce sont des choses remplaçables. »

Cet ouragan dévastateur est le plus puissant à toucher terre sur la partie continentale des Etats-Unis depuis l’ouragan Andrew en 1992. « Je me rendrai très rapidement en Floride », a déclaré Donald Trump lors d’un meeting en Pennsylvanie mercredi soir.

Progression rapide

Les météorologues avaient prévenu du caractère « potentiellement catastrophique » de Michael, avec de dangereuses inondations, notamment côtières (jusqu’à 4,30 mètres au-dessus du niveau de marée haute), et de fortes précipitations (jusqu’à 30 cm). L’ouragan continuait à se déplacer rapidement mercredi soir -à 20 km/h- vers le nord-est. A 19h00 TU, il a été rétrogradé en catégorie 2 sur une échelle de 5, avec des vents allant à 155 km/h.

Mais dans ce dernier bulletin, le centre national des ouragans (NHC) alertait toutefois sur des risques d’inondations potentiellement mortelles et la persistance de vents dévastateurs. Jeudi, Michael a poursuivi sa course vers la Géorgie, rétrogradé en tempête tropicale, puis il s’éloignera finalement en direction de l’Atlantique le vendredi 11 octobre.

Des dizaines de refuges ont été ouverts pour accueillir les milliers d’habitants ayant fui avant l’arrivée de l’ouragan, attendant parfois simplement allongés sur le sol. Tallahassee, capitale de la Floride dont l’aéroport a été fermé mercredi, s’est transformée en ville fantôme.

Michael « sera la plus puissante tempête en plus de cent ans » dans certaines régions, avaient prévenu les services d’urgence de l’Etat. La Floride avait été déjà durement touchée par l’ouragan Irma il y a un an.

Laisser un commentaire