Entretien : « C’est incroyable! J’ai eu le sentiment d’être victime de trahison orchestrée par Karim Wade », Farba Senghor

Entretien : "C'est incroyable!

De Paris où il se trouve depuis deux semaines, Farba Senghor, président de «Mbollo Askan wi», livre ses vérités sur les manœuvres en cours en perspective de la Présidentielle du 24 février 2019. Egal à lui-même, l’ancien chargé de la Propagande et de la Mobilisation au Parti démocratique sénégalais (PDS) ne manque pas de solder à nouveau ses comptes avec ses ex-«frères» et «sœurs», notamment Karim Wade.

Cautionnez-vous la résolution prise par d’anciens responsables du PDS, dont Souleymane Ndéné Ndiaye, Pape Samba Mboup et Serigne Mbacké Ndiaye, de soutenir la candidature de Macky Sall pour sa réélection, dès le 1er tour de la Présidentielle de 2019 ?
A six mois de l’élection présidentielle, c’est le moment des positionnements, le premier mandat du Président Macky Sall est finissant. Il s’agit maintenant de choisir celui qui va diriger le pays pour les cinq prochaines années.
Honnêtement, on ne peut plus parler de transhumance, mais de nouvelles alliances, de nouveaux choix politiques et de partage de risques pour un challenge nouveau en fonction des convictions individuelles ou collectives. Les libéraux, anciens membres du PDS, démissionnaires ou exclus, sont libres de leur choix et maîtres de leur propre destin politique. Par conséquent, tous ceux qui parmi eux ne sont affiliés à aucune formation politique et tous ceux dont la formation politique est consentante, sont libres de soutenir qui ils veulent.
Aussi, les libéraux en question, estiment-ils que la bataille historique pour le contrôle du pays est en train de se prolonger dans le temps entre libéraux, socialistes, communistes et autres.
Un libéral, en l’occurrence Macky Sall, ayant la charge de conduire les destinées du pays, il convient de l’accompagner pour donner beaucoup plus de chances aux libéraux d’assurer la continuité du pouvoir libéral comme le chantre du libéralisme travailliste et social, Me Wade, l’avait prédit et enseigné.
D’ailleurs, certains libéraux socialistes, communistes et non des moindres, semblent se préparer, pour diverses raisons, à la mère des batailles en 2024, lorsque Macky Sall aura accompli son second mandat. Par conséquent, je respecte parfaitement leur volonté de soutenir un candidat de leur choix, notamment un libéral, en l’occurrence Macky Sall.
Comment expliquez-vous le fait que ceux qui étaient les plus proches collaborateurs de Me Abdoulaye Wade, décident d’appuyer le tombeur de ce dernier pour l’obtention d’un deuxième mandat ?
Après avoir exercé le pouvoir pendant douze ans à la suite de la première alternance de l’histoire du Sénégal à laquelle la plupart d’entre eux ont largement contribuée, plusieurs libéraux sont devenus des hommes d’État et ont eu une connaissance beaucoup plus approfondie de la notion d’État.
Par conséquent, ils ont plutôt tendance à se ranger du côté de l’État, à tort ou à raison. Certains parmi eux ont eu dans le passé un long? compagnonnage avec l’actuel Président de la République et n’ont été séparés de lui que par une logique de parti. Ce qui a contribué à faciliter leur rapprochement.
Aujourd’hui, libérés de toute contrainte, ils sont de plus en plus rassurés disent-ils, par l’érection de nouveaux chantiers et la poursuite de ceux initiés par leur maître, de même que par les résultats obtenus dans certains domaines par le pouvoir actuel, malgré certaines difficultés.
En outre, la nébuleuse de la candidature de Karim Wade, le flou savamment entretenu? autour de son retour et de sa participation à la prochaine élection présidentielle, ont choqué plus d’un, de même que l’obsession chez les Wade à faire assurer la relève du parti par le petit prince, est dégoûtante.
Globalement, cette situation donne raison à ceux qui, comme Macky et ses ex-frères, croient fermement être victimes de Karim et facilite les retrouvailles.
Certes, le PDS a profité du harcèlement politique survenu au début de la seconde alternance pour l’imposer comme son candidat à la future élection présidentielle, toutefois, l’affaire Karim Wade est dans l’impasse. Pire encore, le parti s’arcboute sur une position irréaliste, «Karim ou rien». Or, la situation apparemment floue de ce dernier, gangrène le front de l’opposition à laquelle appartient le PDS et rebute ses ex-frères de parti.
Ainsi, partager le front avec le PDS revient à se soumettre à la volonté de leur bourreau. Or «Karim ou rien» fait que la stratégie déroulée par le PDS pour retourner au pouvoir donne l’impression que tout tourne autour du fils de Wade et que les hauts responsables du parti ne sont que des faire-valoir ayant tous l’obligation morale de satisfaire les desiderata de Karim et de lui plaire.
Ce qui se répercute, malheureusement, dans les positions du parti au sein de l’opposition et choque leurs ex- compagnons. Par ailleurs, l’opposition, elle-même, est trop fractionnée, chaque chef de parti ou responsable de formation politique s’activant pour être candidat, les ex-grosses pointures du PDS ont ainsi du mal à se ranger derrière d’autres responsables de parti.
D’un autre côté, Idrissa Seck s’est plutôt focalisé sur un rapprochement impossible avec les Wade, négligeant ses ex-frères. Ce qui laisse la part à ses adversaires.
Par contre, Macky Sall s’est ouvert à chacun de ses ex-frères de parti pour leur expliquer sa volonté de renouer avec tous les libéraux afin de reconstituer un bloc après la grande cassure au niveau du PDS et d’assurer aux adeptes du libéralisme sénégalais la conservation du pouvoir au moins pendant cinquante ans. Grosso modo, voilà ce qui expliquerait leur soutien à Macky.
Éprouvez-vous des regrets ou des ressentiments, après tout ce que vous avez vécu avec le «pape du Sopi», de devoir vous retrouver dans une situation où vous ne vous parlez plus ?
J’ai éprouvé, pendant très longtemps, d’énormes regrets pour avoir été séparé brutalement de Me Wade et du PDS à cause de Karim Wade. Pourtant, je l’ai accueilli dans le parti et j’ai guidé ses premiers pas en politique. C’est incroyable, mais j’ai toujours eu le sentiment d’être victime de trahison et de complot orchestré par Karim et ses sous-fifres, car je ne connais que Me Wade, Mme Wade, Karim lui-même, Sindjéli et le PDS. Je les ai aimés comme ma propre famille. J’ai tout partagé avec eux, toute une histoire. Tous mes amis sont pour la plupart issus du PDS.
Cette séparation a été dure et pénible ! Voyez-vous, j’étais le seul à pouvoir parler pour Wade sans le consulter. Cela, tout le monde le savait. Me Wade lui-même me disait : «Personne ne pourra t’exclure du PDS, car tu es le PDS et le PDS, c’est toi. Tu es le seul dont les propres propos me sont régulièrement attribués». J’ai eu évidemment mal d’être contraint à me séparer des Wade.
D’ailleurs, j’entends toujours la voix de Me Wade entre deux souffles : «Farba, tu n’as droit ni au découragement, ni au renoncement, vas plus loin, plus loin encore, un jour, tu sauras». Jusqu’à ce jour, des milliers de personnes insistent pour que je transmette leurs salutations ou leurs courriers aux Wade, malgré le fait que je leur lance : «Je ne les entends plus».
C’est le cas, ici à Paris où j’ai bouclé plus de deux semaines de séjour. Dans le parti, la logique de Karim et son entourage est la séparation. Seuls Aïdara Sylla, Talla Diouf et Habib Sy ont essayé en vain de nous (Pape Samba Mboup et moi) réconcilier à Wade, mais Karim refuse obstinément. Karim est orgueilleux, hautain et suffisant. Des anciens compagnons de son père, il n’en a cure. Gloire au Seigneur ! Désormais, tout cela est fini, je passe à autre chose.
Mais vos ex-frères et sœurs du PDS continuent de croire mordicus à la candidature de Karim Wade à la Présidentielle. Votre commentaire ?
Karim ne participera pas à la prochaine élection présidentielle ! Il n’est pas électeur et sa candidature sera rejetée du fait de sa condamnation par la CREI. La Cour suprême et le Conseil constitutionnel respecteront scrupuleusement les décisions issues de celles de la CREI.
Indiscutablement, Karim a perdu le combat politique depuis fort longtemps et du coup la bataille judiciaire. Et en plus, il n’a pas le sens et le courage politiques nécessaires pour rattraper la situation. Il ne compte que sur son père pour régler sa situation.D’ailleurs, Il sait parfaitement pourquoi il a préféré l’exil doré à la place de la bataille sur le terrain.
Quand il donne rendez-vous pour son retour, c’est du toc. Le PDS aurait dû choisir depuis longtemps un candidat de substitution par respect à sa propre philosophie, à ses principaux responsables et militants.
Mais malheureusement, c’est la volonté du prince qui prime dans le royaume. Bien que suffisamment informés de la situation de Karim, Me Madické Niang et Oumar Sarr se méfiant de la diabolisation, n’osent entreprendre aucune initiative pour sauver le parti en détresse ou se départir de la stratégie politiquement suicidaire «de Karim ou rien».
Ils savent parfaitement que ce dernier ne sera pas «autorisé» à participer à la prochaine Présidentielle et le parti n’a pas du tout les moyens de s’y opposer. Cependant, redoutant les invectives de certains militants et «Karimistes», ils préfèrent observer scrupuleusement les consignes du «pape du Sopi», «Karim ou rien», jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’à ce que le Conseil constitutionnel invalide sa candidature, pour prendre leur liberté.
L’ancien Premier ministre, Cheikh Hadjibou Soumaré, est perçu comme un plan B de Me Wade, même s’il s’en défend. Accordez-vous du crédit à cette thèse ?
Hadjibou Soumaré serait effectivement le Cheval de Troie introduit dans le champ politique pour surprendre le PDS, Macky Sall, Idrissa Seck et autres. Lorsque la candidature de Karim sera invalidée, il serait prévu que le PDS organisât un congrès à la hâte pour soutenir la candidature de Hadjibou, comme étant celle du PDS. Il serait présenté comme «un candidat politiquement neutre» qui éviterait la bataille entre Me Madické Niang et Oumar Sarr.
Ce sera un coup double pour écarter les deux là et trouver à Macky un candidat digne de Wade, malgré les risques évidents d’implosion du PDS. Les concepteurs d’une telle stratégie pensent que Me Madické Niang, Oumar Sarr et les cadres, vont suivre avec docilité au nom de la fidélité à leur mentor et de la pression de l’opinion.
L’affaire khalifa Sall ?
Il est évident que l’affaire Khalifa Sall a eu des relents politiques au départ et semble résulter des représailles à la volonté de ce dernier de se soustraire du soutien du PS à la candidature du Président Macky Sall pour un second mandat. Chemin faisant, des malversations ont été trouvées par les enquêteurs. Le jugement en appel est attendu sous peu. Pour le reste, je me suis largement exprimé sur cette question d’une manière régulière et cohérente.

Laisser un commentaire