Enquête: “Avec Pape Faye, j’ai été mariée 2 mois et il m’a escroqué 27.000 $ pour des visas”, Yamou Ndour

Enquête: "Avec Pape Faye, j'ai été mariée 2

C’est l’un des épisodes de ce palpitant feuilleton de l’escroc international sénégalais, Pape Ndéné Faye. Après la publication sur Kewoulo.info des premiers articles, le concernant, et la réalisation de vidéos réalisées par Kewoulo TV HD, mettant à nu ses pratiques peu recommandables, Pape Faye est, la semaine dernière, sorti de l’anonymat. Dans une courte vidéo d’une minute, l’énigmatique “bourreau des cœur” et véritable “briseur de carrières” a décidé de sortir de sa cachette, pour démentir Kewoulo. Et jurer, sur le saint Coran, être “innocent de toutes les accusations mensongers de Babacar Touré.” Alors, il ne nous reste qu’à exhiber les preuves de nos allégations, des témoignages directs, des documents de reconnaissance, des aveux couchés sur papier, des preuves d’envoi d’argent et d’enregistrements de conversation etc. Pour confondre Pape Faye, Kewoulo a décidé de donner la parole aux dizaines de victimes disséminées à travers le monde, toutes déterminées à retrouver l’homme aux multiples identités.

Originaire de la Gambie, Yamou Ndour vit depuis plusieurs décennies à Rayleigh, en Caroline du Nord. Et, elle aspirait à une vie tranquille après s’être séparée d’un premier compagnon avec lequel elle a eu un enfant, une fille. Alors qu’elle gagnait difficilement sa vie dans un salon de coiffure “puisque le chômage était réel ici” a-t-elle tenu à préciser, Yamou eu le bonheur de se voir embaucher comme tresseuse. On était en 2013. Alors qu’elle croyait que l’amour était derrière elle, elle s’est remise à rêver d’une vie en rose,  lorsque sa meilleure amie, avec laquelle elle a fait toute son enfance, lui a parlé d’un bel homme qui aimerait l’épouser. “J’étais avec ma meilleure amie, Jainaba Touray, et c’est elle qui m’a présenté à un de ses frères, elle me disait que le gars était bien. Et vivait à Paris, en France.” A témoigné Yamou Ndour devant la caméra de Babacar Touré. Mais, ce que la gambienne ne savait pas, c’est que l’homme, avec lequel Jai Touray venait de la mettre en relation, est un mythomane, un briseur de rêves, bourreau des cœurs, escroc aux multiples identités.

Il s’appelle Pape Ndéné Faye, né entre 1964 et 1967 puisque nul ne connait son véritable âge. “On s’est parlé entre trois semaines et un mois. Et il m’a aussitôt demandé en mariage. Et mon oncle, Jabel, qui vit en Gambie, m’a conseillé de me marier avec lui.” A confié Yamou Ndour. Et, avant le mariage, Pape Faye avait déjà tenté d’appâter sa nouvelle proie qui se trouve de l’autre coté de l’Atlantique. “Mais, je l’ai aussitôt arrêté et lui ai demandé de ne plus me parler de ces choses-là. Parce que j’ai vu que ça a toujours causé des problèmes à ceux qui se sont approchés des trafiquants de visas. Mais, ce refus, c’est avant le mariage.” Avoue aujourd’hui celle qui a été Mme Pape Ndéné Faye. Parce que, quand il a su que Yamou allait devenir son épouse, Pape Faye lui a envoyé des “bains mystiques” pour qu’elle se protège “contre le mauvais œil.”

Dès que j’ai touché à cette “eau bénite”, je n’ai plus été maître de moi. J’ai fait tout ce qu’il m’a demandé de faire. Nous n’avons été mariés que pendant deux mois, il est venu me voir pendant deux jours aux Usa. Et je ne l’ai plus jamais revu de ma vie.” A déclaré Yamou Ndour. Parce que, entre temps, le “gentleman sénégalais” qu’elle avait cru dénicher lui a révélé son vrai visage. Celui, honteux, d’un escroc sans scrupule. “Il m’a fait croire qu’il était consultant des Nations Unies et de l’UNICEF. Il devait faire venir des enfants maltraités d’Afrique, aux Usa, comme il l’aurait fait avec Malala Yousafzai, la pakistanaise, qu’il aurait aidé à exfiltrer. Et pour cette opération, il a exigé 2000 $ par personne à ces enfants gambiens à leurs parents. Nous lui avons fait parvenir 27.000$. Et depuis, nous n’avons plus de ses nouvelles.” Regrette, aujourd’hui, Yamou Ndour qui s’est retrouvée toute seule à payer ces faramineuses sommes que Pape Faye a reçu par son intermédiaire auprès de la communauté gambienne de Caroline du Nord. Aujourd’hui, elle n’aimerait plus entendre que d’autres femmes puissent, après elle, tombées dans le piège de Pape Faye.

 

 

Laisser un commentaire