Emploi: Le gouvernement sénégalais investit 15 milliards pour la formation professionnelle

Emploi

Thioucs Talla

L’autonomisation des centres de formations professionnelles a démarré. Hier, à la Place du Souvenir Africain, le ministre de tutelle, M. Mamadou Talla, a donné le coup d’envoi de cette opération avec la participation de ses partenaires canadiens.

Le Sénégal a amorcé une nouvelle phase dans le fonctionnement de ses centres de formations professionnelles: il a décidé de doter de moyens financiers conséquents permettant à ses lycées et centres de pouvoir se prendre en charge. Cette nouvelle donne a démarré, hier, par le CNQP de Dakar, première bénéficiaire de ce nouveau mode de gestion.

En compagnie de ses partenaires canadiens, Mamadou Talla dit Thioucs a remis des chèques d’une valeur de 15 milliards de F CFA. « Le gouvernement a mis 5 milliards dans le projet et notre partenaire canadien a mis les 10 autres millards pour nous accompagner », a dit le ministre qui n’a pas manqué de remercier le gouvernement d’Ottawa pour son engagement dans la formation de jeunes sénégalais.

Représenté par sa conseillère en coopération internationale, Nathalie O’neal, le Canada s’est dit résolument décidé à soutenir le Sénégal dans ce challenge de la formation. Avec le succès de ce forum, les canadiens ont décider de faire un échange d’élèves en envoyant certains de leurs potaches se frotter à la réalité sénégalaise; une opération qui se faire dans l’autre sens aussi.

De plus en plus en nombreuses à investir au Sénégal, des entreprises canadiennes présentes au pays de la Téranga ont profité de ce forum pour nouer des partenariats et se « ravitailler » en profils rares. Comme ces hôtes de marques, le patronnât sénégalais était aussi à la rencontre pour écouter les doléances des écoles de formations, lister les besoins des étudiants en recherche d’emploi et faire leur idée sur les profils sur le marché.

Clou de la rencontre, ce financement -devant permettre le développement de la géomatique,  du bâtiment et l’agroalimentaire- est le premier décaissement que le ministre veut voir se multiplier sur l’ensemble du territoire national. Ce projet novateur et global est un prototype qui change jusqu’au mode de fonctionnement des centres de formation professionnelle: au lieu de soumettre tout le temps leurs demandes à la tutelle, ce sont les autorités qui iront vers le centres » a  assuré le ministre, Mamadou Talla.

Aussi cette autonomie qui concerne, directement, les secteurs des BTP, les métiers du Port et l’agroalimentaire permettra, aussi, aux entreprises de venir, directement, auprès des autorités pour trouver les profils adéquats. « Cela permettra d’envoyer facilement les élèves en stage vers les entreprises. Et ce sera un moyen de leur trouver un emploi avant même qu’ils ne quittent l’école« . A assuré le ministre.

Après deux forums organisés à Dakar, le ministre de la formation professionnelle voudrait que les centres devant bénéficier de ces nouvelles mesures puissent organiser ces rencontres dans leur villes respectives. « J’ai demandé à nos partenaires qu’on puisse organiser dès les années à venir, les mêmes forums à Kédougou, à Diourbel. » A martelé le ministre.

Aussi, Mamadou Talla dit Thioucs a déclaré qu’un « décret est dans les circuits pour permettre aux centres d’avoir un autre mode de gestion. Il sera présenté sous peu pour qu’on démarre l’autonomie des centres et le développement de petites et moyennes entreprises et de nouveaux incubateurs d’emplois ».

Une politique ambitieuse dans laquelle le gouvernement canadien a décidé d’accompagner le Sénégal. Pour sa part, Mme Marie-Josée Fortin, sensiblement séduite par la nouvelle trouvaille sénégalaise a déclaré que « il n’y a pas de modèle parfait. » En conséquence après avoir salué la démarche du Sénégal, elle a conseillé ses partenaires sénégalais de « décoder les modèles existants dans le monde et (se) faire (son) propre modèle. »

 

Laisser un commentaire