Dakar Dem Dikk: A l’origine de la bagarre de Pikine se trouve un gros chèque qui devait apaiser les tensions

La bagarre qui a opposé les deux camps des syndicats de Dakar Dem Dem risque de connaitre des suites judiciaires. Si les syndicalistes ont été renvoyés à l’arbitrage de la sécurité sociale et à la décision de la mutuelle des IPM, les citoyens victimes collatérales, eux, ont décidé de judiciariser l’affaire pour évaluer le préjudice qu’ils disent avoir subi. Enquête.

Après que le préfet ait fait appel à la police pour mettre fin aux délits de « troubles à l’ordre public » constatés à Pikine et ordonné la fermeture du centre au coeur des pugilats; en renvoyant les protagonistes devant le tribunal arbitral des IPM, c’est au tour de quelques victimes collatérales de ces échauffourées de faire appel à l’autorité judiciaire. Et ces personnes qui prétendent avoir subi des préjudices énormes sont décidées à rentrer dans leurs droits. Comme le sont, aussi, les syndicalistes opposés à cette décision de l’UDT 3D, le mouvement de Mamadou Goudiaby, syndicat majoritaire de Dakar Dem Dikk.

Au coeur de cette affaire qui pollue l’atmosphère à Ouakam se trouve un gros chèque. Opposés aux anciens directeurs généraux de DDD, les syndicalistes qui avaient esté en justice Christian Salvy et compagnie avaient gagné leur bataille judiciaire. Et, courraient derrière le paiement de cet argent que leur a alloué la justice. Au nom de la continuité de l’administration, Me Moussa Diop, le nouveau directeur général  -qui a hérité du dossier- a consenti à payer la note.

C’est dans ce cadre-là que la direction générale de Dakar Dem Dikk a décidé de solder la facture aux syndicalistes. Et lors d’assemblées générales régulières, la majorité a opté pour la construction d’un centre médical dédié au personnel, à Pikine. Alors qu’on l’a connu jusque-là très radical vis-a-vis des directeurs généraux de DDD, M. Mamadou Goudiaby est devenu si conciliant avec le nouveau patron de Dakar Dem Dikk au point de demander à ses camarades de baptiser le centre de Pikine au nom de Me Moussa Diop.

« C’est en reconnaissance du travail inlassable abattu par l’homme à la tête de cette institution que nous avons décidé de le baptiser en son nom. » S’est, en de nombreuses reprises, défendu Mamadou Goudiaby. Qui n’oublie pas, à chaque fois de rappeler les nombreuses réalisations faites par cet avocat réputé être un DG très social et à l’écoute des doléances de son personnel. L’unanimité n’étant pas de ce monde, il se trouve que «trois cadres sont contre ce centre médico-social parce qu’il a été créé sans qu’ils ne soient consultés ni informés », a déclaré le porte-parole des travailleurs qui sont contre le centre.

Et lorsqu’ils ont su que c’est l’argent de l’IPM qui a été utilisé pour réfectionner le bâtiment, leur colère est allé crescendo. Et lorsqu’ils ont appris que le camp de Mamadou Goudiaby a fait un prêt de 80 millions de Francs CFA au niveau de l’IPM pour réaliser ce centre, ils se sont levés pour dire non. « Parce que, se justifient-ils, on considère cet investissement comme détournement de fonds et d’objectifs.» Et pour montrer leur désaccord, les adversaires de Goudiaby ont tout simplement monté une opération commando pour saboter la cérémonie d’ouverture du centre. La bagarre qui les a opposé a obligé le préfet de Pikine à faire intervenir la force publique. En attendant de voir clair dans ce dossier, le préfet de Pikine, Oumar Assane Ndiaye, a décidé de surseoir à l’ouverture du centre médico-social.

«C’est une mesure conservatoire pour préserver un peu l’ordre public, a expliqué le préfet. Les deux camps dans cette affaire doivent se réunir autour d’une table pour discuter et trouver une solution à leur problème. C’est la raison pour laquelle on a déployé un dispositif pour les dissuader par rapport aux affrontements qu’ils avaient prévus de faire. Nous allons faire une rencontre avec les deux camps pour régler définitivement le problème.» S’est justifié le préfet.

Laisser un commentaire