Culture: « la beauté d’une femme, ce n’est pas le teint ou les cheveux naturels, c’est sa virginité », croit Barou Bâ

Culture: "la beauté d'une femme

Il est jeune, il est beau et il est pétri de talents. Le dernier invité de Sonia, dans son émission Découverte, est le lead-vocal du groupe Ndiouroukh, une bande de jeunes fous d’instruments qui veulent marquer leur temps par des sonorités originales. Foncièrement modernes, Barou Bâ tire sa force dans la tradition musicale, pardon dans les traditions orales Sérères et Haal Puulaar. D’ailleurs, c’est à ces deux cultures qu’il a consacré son premier morceau joué sur le plateau de Sonia. Découvrez la trouvaille Kewoulo de la semaine…

Bien que jeune et moderne, Barou Bâ a les pieds sur terre. Et l’esprit voyageur, toujours à la recherche de bons thèmes qui doivent servir aux jeunes générations. Alors que ses camarades, musiciens 2.0, cherchent par tous les moyens à percer dans ce domaine très fermé, en se permettant de chanter des sons qui n’apportent rien à la société, Barou Bâ, lui, a mis ses pas dans les traces des grands paroliers de la musique sénégalaise. Il ne cherche pas à plaire, par le buzz effréné, il veut juste dire sa vérité et apporter sa pierre à l’édifice national, en conscientisant la jeunesse de son pays. Dans ce Sénégal où le m’as tu vu est érigé en règle de conduite et où il faut dire ce qui plait aux jeunes pour être suivi, Barou Bâ, lui, a osé ramé à contre courant.

« Contrairement à ce que l’on veut faire croire, la beauté d’une femme n’est pas simplement avoir la peau claire ou les cheveux naturels, c’est avant tout sa dignité. Et sa dignité, c’est le maintien intact de sa virginité jusqu’au mariage. » A déclaré Barou Bâ. Fan de compositeur Baba Maal et nourri aux sonorités du Yellah, la musique traditionnelle Haal Puulaar, ce jeune chanteur compositeur se veut, à défaut d’être universel, entièrement sénégalais et se faire entendre par tout le pays. Pour cet objectif, il n’hésite pas à faire des voyages entre toutes les sonorités pour que la musique retrouve ses lettres de noblesse et nourrisse ses acteurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE