Culture: A Karantaba, la mosquée vieille de plus de six siècles est menacée de disparition

Culture: A Karantaba, la mosquée vielle de plus

0

Village mythique de la Casamance, Karantaba est l’un des premiers centres islamiques du Sénégal. Cette pratique religieuse, implantée au coeur du Pakao, était concentrée autour d’une mosquée construite il y a plus de 6 siècles. Cette bâtisse en banco, protégée dans un bâtiment en dur, qui a vu le passage de milliers de grands savants et d’érudits venant du monde entier est, aujourd’hui, menacée de disparition. La pluie qui était source de bénédiction hante, aujourd’hui, le sommeil des populations à cause de travaux non terminés.

Vendredi 9 juin 2017. Il est 12 heures lorsque, en provenance de Ziguinchor, nous arrivons à Karantaba. Dans ce village prénommé « le fromager de l’érudition« , aucune âme qui vive n’a le courage de se promener dans les ruelles poussiéreuses. En attendant l’appel du muezzin, pour la prière du vendredi, les rares personnes aperçues dans le village sont agglutinées autour des arbres, à la recherche d’une once d’ombre. Comme s’il ne partageait pas la dévotion et le jeûne des humains, le soleil, lui, est insolent et agressif. En attendant une vraie pluie, début de l’hivernage, les humains comme les animaux sont sous le diktat de l’astre solaire.

Séparé de Sédhiou par le village Sandiniéry et son port -où le ferry ne fait qu’un aller-retour par jour à 9 h et 16 heures-, Karantaba est coupé du reste du Sénégal dès que les premières goutes de pluies sont tombées. Les camions de plus de deux tonnes ne parviennent plus à entrer ici. Et les approvisionnements, en denrées de premières nécessités, cessent aussitôt; ouvrant la traite des spéculateurs qui multiplient parfois par quatre les prix des produits qui deviennent subitement rares.

Dès lors, il ne leur reste que les charrettes et les bicyclettes pour affronter la boue rouge qui sert de route, pour entrer ou sortir de Karantaba : au sud par Sandiniéry ou au nord par Makka, à plus de 25 km qui débusque sur le barrage de Aliou Souané où passe la route qui mène à Kolda.

Aussi, le manque de structures étatiques est un fléau qui paralyse le développement de Karantaba. Dans ce village dont le gamou -pèlerinage- est le plus important de la Casamance -3ème sur le plan national après Touba et Tivaoune- n’a ni commissariat de police ni gendarmerie encore moins de caserne de Sapeurs Pompiers.

Le seul endroit qui rappelle qu’on est dans ce Sénégal, qui commande des TER à coup de milliards et s’apprête à livrer ses ressources naturelles à des géants du pétrole, est un semblant de poste de santé où tout manque jusqu’au paracétamol. Le personnel est dévoué et les mains vides. Ici, il ne sert qu’à symboliser un Etat fantôme.

Les projets de daara modernes, les populations de Karantaba en ont entendu parler. Mais, personne ne leur a jamais demandé leur avis ; alors que des milliers de générations d’érudits ont étudié ici et dispensent, maintenant, la connaissance à travers le monde.

 

Dans la concession des Solly, on compte plus de 700 écoliers coraniques. « Ils sont tous pris en charge par le marabout. Ils ne vivent que de travaux champêtres. Et personne n’a, jamais, mendié ici. » Les décrets contre la mendicité des enfants, signés par le président de la République, Macky Sall, ils en ont entendu parler. Mais, le ministère de la Petite Enfance ne les a jamais contactés pour connaitre leurs besoins. Et querir leur avis alors que des milliers d’enfants, sénégalais comme d’autres de la sous-région, étudient ici le Coran.

 

7 femmes enceintes ont perdu la vie, dans l’attente d’un ferry qui ne circule qu’une seule fois par jour pour relier les deux berges.

 

Cette année, 7 femmes enceintes ont perdu la vie, en voulant donner naissance. « Oui, comme on a pas d’ambulance, c’est sur des charrettes qu’on évacue nos malades jusqu’à Sandiniéry. Et, c’est dans l’attente du Ferry, pour les évacuer à Sédhiou, que ces femmes enceintes sont décédées sur le port de Sandiniéry. » A déclaré Ba Toumboul Solly, un doyen de Karantaba.

En faisant ce témoignage, le septuagénaire, malgré la douleur, est resté digne. Et aimerait que l’Etat les prenne en considération et leur apporte tout ce qu’un gouvernement doit à ses citoyens. « Il doit nous donner nos droits. Il doit nous soigner, nous assurer la sécurité et la liberté d’aller et de venir, comme il le fait ailleurs« , a t-il laissé entendre.

Ici, en ce début juin qui coïncide, souvent, avec le démarrage des travaux champêtres et malgré l’importance de l’hivernage pour ces agriculteurs, personne ne souhaite que le ciel ouvre ses vannes. On veut bien qu’il pleuve pour cultiver et pouvoir se nourrir, demain. Mais, plus que les conséquences d’un manque de pluie, c’est le résultat des torrents d’eau sur la mosquée de Karantaba qui inquiète tout le monde. Vieille de plus de 6 siècles, voire plus, « la mosquée est, à en croire El’hadji Ibrahima Solly, le khalife général adjoint de Karantaba, le premier grand lieu de culte musulman du Sénégal. » 

 

Plusieurs générations ont prié dans ces caves menacées de destruction

 

Et cette bâtisse classée patrimoine mondial de l’Unesco est aujourd’hui menacé de disparition : si l’hivernage devait débuter tout de suite. A l’origine, de l’angoisse des populations, se trouve l’intervention du gouvernement du Sénégal. La mosquée autour de laquelle un bâtiment, en ciment, a été construit devait être élargie.

Et la structure vielle de plusieurs années avait commencé à être un vrai danger pour les populations vu qu’il est fissuré de toutes parts. C’est cette situation qui a poussé les populations a demander l’intervention de l’Etat du Sénégal. Le ministère de la Culture, qui a démarré les travaux, est aujourd’hui à la traine. Et le chantier semble être à l’abandon.

Le problème est que, c’est le dôme central de la mosquée et toute la terrasse qui ont été cassés, permettant le ciel d’avoir une vue directe sur les fidèles. « Si nous avons pu supporter les rayons du soleil qui plongent directement sur les prieurs, nous ne pouvons pas tolérer que la pluie entre dans la mosquée« , a martelé El’hadji Ibrahima Solly.

Parce que, en plus de détruire la vielle moquette déteinte et déchirée de toutes parts qui sert de tapis de prières, les trombes d’eau vont couler vers la pente pour quitter la grande salle des prières. Et, en contrebas de cette salle, se trouve des trésors vieux de plusieurs siècles. Des caves en banco construites depuis plus de 6 siècles et que des générations se sont battues à préserver à l’original.

 

A Karantaba, des stériles ont enfanté et des malades ont été guéris

 

Ces caves, maintenues intactes, sont le coeur de Karantaba et de sa légende. C’est cet endroit qui est le lieu de d’accomplissement de toutes les prières. Ici, de partout et depuis des siècles, des gens -musulmans ou non- viennent implorer Allah, dans ses caves qui renferment des secrets.

« Ici, incha Allah, toutes les prières sont exaucées. Des femmes qui n’ont jamais enfanté sont devenues mères après leur passage ici. Comme de nombreux malades et pauvres ont vu changer leur destin. De partout les gens viennent, ici, implorer Dieu. Et, c’est cet endroit là, qui fait que les gens viennent ici, qui est aujourd’hui menacé de disparition« . A regretté El’hadji Ibrahima Solly.

Alors pour sauver ce lieu de culte et enlever leurs angoisses aux populations, on implore le gouvernement d’accélérer les travaux pour essayer, encore, de sauver Karantaba. Comme le gouvernement, les populations aimeraient que de bonnes volontés interviennent pour empêcher à ce patrimoine mondial de l’humanité de disparaitre sous les flots des grosses pluies qui s’abattent sur cette partie du Pakao. « La mosquée de Karantaba, c’est notre plus grande préoccupation actuellement. C’est un problème qui nous empêche de dormir », a déclaré El’hadji Kadjali Solly, le Khalife général actuellement en séjour à Dakar pour trouver des moyens de sauver le bâtiment.

Envoyés Spéciaux à Karantaba

Diarra Lo, Ansoumana Sané, Sérigne Fallou Dionne, B.T

Laisser un commentaire