Affaire Grégory: «plusieurs personnes ont concouru à la réalisation du crime»

Affaire Grégory: «plusieurs personnes ont

0

Le procureur de Dijon a donné ce jeudi 15 juin une conférence de presse dans le cadre de l’enquête sur la mort du petit Grégory en 1984, au lendemain du placement en garde à vue de trois membres de la famille Villemin.

« Je ne suis pas venu aujourd’hui vous dire que l’affaire était résolue », a prévenu le procureur général de Dijon lors d’une conférence de presse. « Je ne sais pas qui est l’auteur du crime », a poursuivi Jean-Jacques Bosc. Près de 33 ans après le meurtre du petit Grégory, retrouvé ligoté dans la Vologne, l’enquête a connu un nouveau rebondissement mercredi 14 juin avec la mise en garde à vue de trois membres de la famille Villemin : Marcel Jacob, l’oncle du père de Grégory, sa femme Jacqueline, et Ginette Villemin, la veuve de l’oncle de l’enfant.

Les conclusions « confondantes » de l’expertise graphologique

Jean-Jacques Bosc a également révélé que de nouvelles expertises d’une lettre anonyme envoyée en 1983 à Jean-Marie Villemin, le père du petit Grégory, orientaient les soupçons sur Jacqueline Jacob. « Les conclusions de cette expertise sont confondantes », a-t-il déclaré. En revanche, celle concernant la lettre de revendication postée le 16 octobre 1984, le jour du meurtre, n’a pas encore permis d’en déterminer l’auteur. Une similitude importante des termes entre ces deux lettres a cependant été observée, a relevé le procureur général de Dijon.

Bien que les personnes interrogées par la gendarmerie aient invoqué une disposition législative de droit au silence, Jean-Jacques Bosc était en mesure d’affirmer ce jeudi que « plusieurs personnes ont concouru à la réalisation du crime ». « Quelques jours avant le passage à l’acte, des repérages et surveillances ont été réalisés, opérés par un homme portant une moustache et quelques fois accompagné d’une femme », a-t-il indiqué.

L’enquête s’oriente désormais vers la vérification des emplois du temps des suspects dans le cadre de leur garde à vue, a-t-il précisé.

AnaCrim, le logiciel qui a relancé l’affaire

L’affaire du petit Grégory a été relancée grâce à de nouvelles analyses en écriture et à l’utilisation par les enquêteurs d’un système informatique baptisé AnaCrim. Conçu il y a une vingtaine d’années, ce logiciel est destiné à résoudre ce que les anglophones appellent les « cold cases », ces enquêtes qui n’ont jamais été élucidées.

AnaCrim rassemble tous les éléments, tous les indices recueillis sur le terrain ou lors des auditions – les identités, les lieux, les déclarations de suspects et de témoins, les documents écrits ou photographiques – et les replace dans le temps et dans l’espace sur une frise chronologique liée à une immense base de données.

Grâce à cela, les enquêteurs ont une vue d’ensemble du dossier, ce qui leur permet de relever des liens, des similitudes ou au contraire des incohérences ou des contradictions. Lors de nouvelles auditions, les gendarmes peuvent donc mettre les protagonistes de l’affaire devant ces nouveaux éléments pour obtenir des révélations et éventuellement des aveux.

« Ça reste de la mémoire informatique, un support numérique, tempère le général Olivier Kim, commandant de la gendarmerie de Bourgogne-Franche-Comté. C’est quand même l’intelligence humaine qui, entre des données, permet de mettre en évidence certaines choses ; ce n’est pas un logiciel où tout se fait de façon automatique. Le rôle des analystes est fondamental ». C’est précisément ce qu’ils sont en train de faire, à Dijon, avec l’espoir de faire avancer l’enquête. Le procureur général de Dijon devrait tenir une nouvelle conférence de presse ce vendredi.

Laisser un commentaire