Contribution : La fête de dépendance (par Mamadou Ba)

Contribution : La fête de dépendance (par Mamadou Ba)

Le 04 avril 1960 marque la date de dépendance du Sénégal. Depuis cette date le Sénégal a connu quatre soi-disant présidents de la république dont l’actuel Macky SALL. Ce dernière accéda à la magistrature suprême en 2012 et depuis lors rien de concret.

Le discours à la nation du 03 avril 2021 n’est qu’un aveu d’échecs sur tous les plans. Le président parlait en ces termes : le respect des institutions, de l’emploi des jeunes, une politique de décentralisation, privilégier la patrie avant le parti. Toutes ces promesses n’engageaient en vérité que ceux qui y croyaient.

Comment un pays aussi riche en matières premières (or, zircon, phosphate, gaz etc…) peut se retrouver à ce stade où plus de 48 % des jeunes selon L’OIT sont en chômage ? Où sont passé les promesses de l’emploi des jeunes ? Ce qui est réconfortant c’est après neuf années de mal gouvernance, le président a fait un mea culpa acceptant son échec sur cet aspect. Espérons qu’avec les 450 milliards que la majeure partie des jeunes verra leurs projets voir le jour. Espérons qu’il n’aura pas de jeune de l’APR ou de Benno Bokk Yakar mais plutôt jeunesse du Sénégal.

Par rapport aux institutions fortes, force est de constater que depuis 2012 aussi bien l’institution judiciaire que législative sont à la solde et à la merci de l’exécutive (président). Des libertés d’expression confisquées, des opposants éliminés avec la complice des deux institutions (législative et judicaire), une justice à vitesse variable qui protège ceux qui sont proche du pouvoir au détriment des opposants. Des magistrats qui démissionnent au prix de leur liberté des députés qui se proclament appartenant au président et non au peuple voilà ce qu’est devenu le Sénégal 61ans après 1960.

Le chef de l’état  avait séduit l’ensemble des sénégalais avec son discours de décentralisation, hélas que sa se limite à Diamniadio. Une politique de décentralisation est plus que nécessaire au moment où l’on parle de chômage des jeunes. La ville de Dakar regroupe l’ensemble des sphères ministérielles. Une bonne politique de décentralisation pourrait favoriser la diminution du chômage des jeunes mais aussi diminuer les innombrables embouteillages constatés dans la capitale sénégalaise. Prenons un exemple que le ministère de l’agriculture soit implanté dans le bassin arachidier, son implantation entrainera la construction des industries de transformations des produits cultivés et facilitera aussi leurs commercialisations. Le ministre au cœur du bassin arachidier pourra s’enquérir des maux que vivent les cultivateurs. Faisons de même pour l’élevage en l’implantant au nord (Matam ou Podor) et en même temps on règlera le problème de l’exode rural des jeunes.

L’indépendance ne se négocie pas elle s’arrache. Soyons des africains et sénégalais et coupons le pont du France-Afrique en commençant par notre système scolaire. A quoi ça sert d’apprendre des courants littéraires qui ne nous apportent à rien sur notre identité culturelle? On a des figures historiques qui méritent d’être connues sur lesquelles on pourra s’y identifier. Il est temps de changer le système français au Sénégal pour enfin devenir indépendant. Redéfinissons les termes d’échanges avec n’importe quel pays, ouverture oui mais où chacun y trouve son compte. Développons un esprit patriotique pour un Sénégal prospère.

En 2021 on voit au Sénégal, des populations qui souffrent de la mal nutrition, des femmes qui meurent parce qu’elles n’ont pas l’accès aux soins, des villes entières où ne coule pas d’eau potable, des jeunes qui meurent sur les océans pour suivre leur richesse volée sous la complice de leur président. Au Sénégal on voit des pères de famille qui assistent à la démolition de leurs investissements (maison) devant un Etat complice, des familles qui peinent à joindre les deux bouts et à accéder aux trois repas quotidiens, des terres volées, extirpées des mains du pauvre paysan pour le donner aux entreprises étrangères, des investisseurs sénégalais qui ont été affaiblis par l’état. Dans mon pays on voit des vieux qui parlent des contre-vérités juste pour remplir leurs poches, c’est ici où la médiocrité est favorisée, où être un politicien est mieux qu’être un scientifique ou magistrat, voilà  le Sénégal d’aujourd’hui.

Cette date où l’on nous force à croire que c’est une fête ne l’est pas vraiment du tout. On est plus que des esclaves parce que nos esprits et nos actions ne sont pas libres. On devrait plutôt dire fête de dépendance.

Penchons sur les questions réelles et faisons en sortes que notre Sénégal pour demain soit meilleur celui d’aujourd’hui.

Sénégal notre pays, ensemble nous vaincrons.

Mamadou Ba, Météorologue

 

Laisser un commentaire