Cheikh Sidya Diop: Portrait d’un politicien qui se cherche éternellement

Cheikh Sidya Diop

Il se nomme Cheikh Sidiya Diop. C’est un Sénégalais de 40 ans, marié et père de famille. Il a cela de particulier qu’il est le politicien sénégalais, de France, le plus actif sur les réseaux sociaux même s’il reste le plus méconnu des Sénégalais. Le verbe haut et le parcours sinueux au gré des opportunités qui s’offrent à lui, Cheikh Sidya Diop est un homme qui ne laisse personne indifférent. Portrait sans concession d’un politicien atypique…..

Dans le gotha des politiques Sénégalais de France, tout le monde l’a, un jour, rencontré dans une manifestation politique, s’est photographié avec lui, à partagé sa table dans un café et pris son numéro de téléphone comme toutes les télés africaines, émettant depuis Paris, l’ont reçu sur leurs plateaux comme «un grand politicien sénégalais». Tous croient le connaître. Mais, personne ne sait vraiment qui est ce leader atypique dont «le parti ne compterait que sa modeste personne et sa famille«, disent ses anciens alliés.

Avant la dernière année de la énième mandature d’Abdoulaye Wade, il était impensable de voir organisée à Paris une manifestation contre le «monstre du palais de Dakar» sans voir la silhouette de Sidiya Diop, dans la foule, conspuant «l’ignoble dictateur qui veut nous imposer son fils.»  

Pendant que, en pleine journée, il donnait, de lui, l’image d’un radical jusqu’au-boutiste, il renouait les contacts avec les tenants du pouvoir lorsque, à Paris, les chats sont devenus gris. Grâce à l’entregent de Léopold Faye, l’ancien et dernier Consul d’Abdoulaye Wade, il s’approche du Pape du Sopi au point de devenir son plus fervent défenseur dans la diaspora.

Ce subite retournement de veste avait poussé ses anciens alliés à en faire une personæ non gratta dans les milieux contestataires sénégalais de Paris. Certains, plus radicaux avait vertement menacé d’attenter à sa vie s’ils le rencontraient dans les rues de Paname. Mais, égal à lui même, Cheikh Sidiya déclarait qu’il avait été «induit en erreur par les opposants de Abdoulaye Wade qui (lui) racontaient des mensonges sur Gorgui«.

Comme le Pds avait besoin de preuves de fidélité de son nouvel allié, les rédactions des sites internet sont bombardés par de quotidiens communiqués de la Ligue des Masses, un petit parti «cabine téléphonique» d’idéologie de gauche au service des libéraux, louant la sagesse du «visionnaire Wade

En son temps, il disait à qui voulait l’entendre  qu’il a décidé de s’engager aux côtés des Wade parce que entre-temps «j’ai a été au Sénégal et j’ai vu les nombreuses réalisations du président. Contrairement à ce qui se dit, le Sénégal va bien, nous avons une grande démocratie«. Suffisant pour lui ouvrir grandement les portes de la résidence versaillaise des Wade, «avec ses mallettes d’argent et un terrain à Sacré-Cœur» racontent les mauvaises langues.

Aujourd’hui, avec le recul, Cheikh Sidiya Diop consent à dire que, s’il s’était engagé avec les Wade «c’est pour avoir  le récépissé de reconnaissance de notre parti«. Et s’il s’en est éloigné, après avoir soutenu Karim Wade pendant ses premières années de détention, c’est parce que «les alliés de Abdoulaye Wade se sont mal comportés avec moi.» Au lieu de le soutenir, «le Pds a osé présenter un candidat contre moi dans mon fief«, trouve-t-il comme justificatif.

Dans sa ligne de mire, se trouve directement le professeur Iba Der Thiam, l’homme dont le partage du butin destiné à la clientèle politique n’aurait pas été équitable. Exit le Pds, il fallait trouver un autre allié, «plus liquide» racontent les dénigreurs, «plus apte à diriger le Sénégal», soutient le patron de la Ligue des Masse qui compterait, à l’en croire, «des milliers de partisans dont M. Sadio, un conseiller municipal de Goudomp

Cette fois ci, «l’espoir renaît avec l’engagement exclusif d’un des plus illustres fils de notre pays, un grand Homme d’Etat aux valeurs multidimensionnelles et exceptionnelles, un brillant intellectuel à l’esprit critique : le Docteur Abdoulaye Baldé, l’homme de l’espoir et du changement» scandait l’hagiographe politicien.

Le temps d’une roucoulade, le voila demander le divorce d’avec celui qui était le meilleur candidat, à ses yeux, pour 2017 ou 2019. Dans un entretien à sa demande accordé à un site internet proche du Pds, il a déclaré que «Abdoulaye Baldé  est mal entouré, par des opportunistes, des laudateurs et des ethnicistes qui le prennent en otage et  qui lui font tenir un discours égocentrique, dangereux , indépendantiste et fractionniste de l’unité nationale. Cet entourage-là, borné et fermé, est composé que de sudistes.»

Hier adulé, Abdoulaye Baldé est aujourd’hui devenu le diable, s’il n’est pas un chef rebelle. Après avoir conspué Baldé et l’UCS, il a jeté son dévolu sur «Abdoul Mbaye qui est bon et il est seul à tenir la route puisque son profil est rectiligne et intègre contrairement aux autres de l’opposition qui sont tous des incapables, des soumis et des tapettes». A la question récurrente lors de cet échange pourquoi pas Abdoul Mbaye en 2019? Je tenterai de vous apporter ces éclaircissements.»

 

Babacar Touré

Avec Senenews

Laisser un commentaire