Cheikh Bakhoum de l’APR: « Si l’opposition n’a que Idrissa Seck à présenter, alors les Sénégalais n’auront pas de mal à faire le choix »

Cheikh Bakhoum de l'APR: "Si l'opposition

ENTRETIEN AVEC… Cheikh Bakhoum, Dg Adie, responsable Apr Grand Yoff

  • Quelle lecture faites de l’ouverture du procès de Khalifa Sall ?

  • D’abord nous nous réjouissons que ce procès ait pu se tenir parce que beaucoup de
    Sénégalais l’attendaient. C’est un procès qui est en cours. Les droits de Khalifa Sall sont
    respectés, il a ses avocats qui le défendent et le procureur s’occupe des intérêts de la
    société. Donc, le procès se déroule correctement et comme chaque Sénégalais, on attend le verdict.
  • Pourtant les avocats de Khalifa Sall estiment que depuis le début de la procédure, les droits de ce dernier sont violés…

  • Les avocats de Khalifa Sall sont dans leur rôle d’utiliser tous les moyens à leur disposition pour le défendre. A mon avis, le procès se déroule normalement et le droit sera dit.
  • Etes-vous pour une liberté provisoire de Khalifa Sall ?

    Ce n’est pas à moi d’être pour ou contre une liberté provisoire pour Khalifa Sall.

  • La semaine dernière Moussa Sy a affirmé à la Rfm que le président Macky Sall a bénéficié de cette caisse d’avance. Que lui répondez-vous ?

    –  Je pense que nos hommes politiques doivent apprendre à être beaucoup plus responsables. Certaines déclarations n’honorent pas leurs auteurs surtout lorsqu’on est maire d’une commune, je pense qu’avant de se prononcer sur quelque chose, il faut bien réfléchir. Il est clair que cette déclaration est juste une tentative de l’opposition de vouloir jeter du discrédit sur nos institutions. Mais les Sénégalais sont lucides et savent différencier la vérité du mensonge. Moussa Sy est un habitué de ce genre de déclaration.
    Vous semblez prendre cela à la légère mais ces accusations du maire des Parcelles
    Assainies sont graves… Cette déclaration n’a aucun sens. Comment le Président de la République peut venir témoigner dans un Tribunal ? Il s’agit ici d’une caisse d’avance, sur la manière dont elle a été gérée. Il appartient aux personnes mises en cause de se justifier et elles ont des moyens de le faire. Maintenant rejeter la faute sur telle ou telle autre personne ne va en rien changer les choses.

  • Récemment le président Macky Sall, recevant les responsables apéristes de Dakar, a montré son insatisfaction par rapport aux résultats enregistrés lors des dernières législatives, qu’est-ce qu’il faudrait faire pour obtenir la majorité à Dakar en 2019 ?

    On est tous insatisfaits des résultats obtenus lors des dernières élections législatives à
    Dakar. On est capable de faire beaucoup mieux et on fera beaucoup mieux en 2019 lors de la Présidentielle. Le président de la République en tant que chef de parti, a battu le rappel des troupes pour indiquer la voie à suivre. Le leitmotiv, c’est la solidarité et nous devons tous, en tant que responsables de Dakar, travailler main dans la main pour assurer une large victoire au niveau de Dakar pour le candidat Macky Sall. C’est à notre portée, le Président Macky Sall nous l’a dit. Dakar est dans sa grande majorité avec lui. En tant que responsables, si nous faisons le travail de proximité et de terrain, le résultat escompté va suivre, Macky Sall sera le premier choix des Dakarois.

  • Vous dites que Dakar est majoritairement avec Macky Sall mais lors des dernières Législatives, Benno bokk yaakaar avait obtenu 33%…

  • C’est pour cette raison qu’on dit qu’on n’est pas satisfait des résultats. Mais il faut
    différencier le mode de scrutin des élections législatives et de la Présidentielle. Cette
    dernière est le rendez-vous d’un homme avec son peuple. Le peuple est plutôt satisfait de ce que le Président Macky Sall fait. En face, du côté de l’opposition, on ne voit personne qui a le programme alternatif au Plan Sénégal émergent. Il n’y a pas d’alternative crédible dans cette opposition. Personne parmi ses membres ne peut faire mieux que ce que Macky Sall a réalisé pour les Sénégalais depuis 2012. Mais 2 de ceux qui sont présentés pour faire mieux que Macky Sall à savoir Karim Wade et Khalifa Sall ont des problèmes avec la Justice… Ni leur histoire, ni leur parcours académique ou politique ne justifieraient qu’ils occupent la position présidentielle. Karim Wade ne s’est jamais engagé politiquement, il ne s’est jamais préoccupé des Sénégalais. Vouloir diriger le Sénégal juste parce que votre père l’a fait, c’est inadmissible. C’est une insulte même à l’intelligence des Sénégalais. Pour Khalifa Sall qui a plus de 60 ans, ce n’est pas aujourd’hui qu’il va se faire connaitre. Je ne vois pas comment ils peuvent constituer une alternative à Macky Sall. Si le Président Macky Sall a appelé les responsables de l’Apr à Dakar, c’est parce que vos divergences persistent… Les divergences existent. Il ne faut pas le nier. C’est normal parce que nous sommes un parti venu très tôt au pouvoir. Ensuite, il y a des gens qui nous ont rejoints avec cette politique d’ouverture instaurée par le Président Sall. Des gens qui ne sont d’aucun parti également nous ont rejoints parce qu’étant convaincus que le Président est sur le bon chemin pour sortir notre pays de la pauvreté.
  •  Ces divergences ne risquent-elles pas de vous faire perdre en 2019 ?

    – Je pense que le président de la République a sonné la fin de ces problèmes qu’il y avait
    entre les différents responsables. Ces divergences peuvent se comprendre lorsqu’il s’agit
    d’une élection locale ou même des législatives parce que ce sont des carrières personnelles qui se jouent. Maintenant, il s’agit d’une Présidentielle, on a tous le même objectif : c’est de réélire le Président Sall. Donc, je ne vois pas comment les responsables peuvent étaler leurs divergences.

  • On a vu cette union sacrée des responsables de Dakar lors des dernières Législatives et malgré tout, vos résultats tournaient autour de 33%…

    Je pense qu’on doit faire preuve de beaucoup plus de solidarité en 2019. Il y a eu quelques actions ponctuelles que les responsables ont faites ensemble, mais globalement chacun a travaillé au niveau de sa commune lors des Législatives. C’est ce qui a produit le résultat que nous avons. Ce n’est pas mal. Maintenant, il nous faut une dynamique départementale et le Président a désigné les responsables comme Mbaye Ndiaye, Mahmoud Saleh, Abdoulaye Diouf Sarr, Amadou Bâ afin de mettre en place le directoire de campagne pour Dakar. Toutes les expertises et les identités remarquables du département de Dakar seront mises à contribution pour une victoire. Il nous faut gagner au premier tour.

  • Sauf que l’Apr vit un malaise parce que Mame Mbaye Niang, vous et d’autres responsables avez créés initiative 2035 alors que Pape Malick Ndour de Guinguinéo a créé Initiative 2019. Comment expliquez-vous ces divergences ?

    – A un an d’une élection présidentielle, on doit mettre de côté les carrières. Les enjeux sont importants. De tous les régimes qui sont passés, celui de Macky Sall est le plus ambitieux. Il a mis des projets sur tout le territoire national avec beaucoup de sérieux. Il faut être ensemble et on n’a pas le choix. Ce sont des camarades avec qui nous avons de très bonnes relations et tout va rentrer dans l’ordre au niveau du parti. Initiative 2035 est un groupe de réflexion ancré dans l’Apr avec la bénédiction du Président Sall.
    Pape Malick Ndour estime qu’il faut d’abord régler la réélection de 2019 avant de
    penser à 2035… Mais cela va de soi. Si on pense que le Pse doit aller jusqu’à son terme c’est-à- dire 2035, cela passe évidemment aussi avec la réélection de Macky Sall en 2019.

  • Une élection où Idrissa Seck est présenté comme le véritable challenger du Président Sall ?

    – (Rires) Je vois donc que l’opposition n’a plus le choix. S’ils n’ont que ça à proposer, les
    Sénégalais n’auront pas de difficulté pour choisir.

  • On a l’impression que vous ne prenez pas au sérieux le candidat Idrissa Seck ?

    – Nous prenons au sérieux tout le monde. Je veux dire que Macky Sall est largement meilleur que Idrissa Seck. Cela n’a rien à voir. Idrissa Seck était dans une coalition avec Khalifa Sall, Malick Gakou et ils n’ont finalement eu que 7 députés. Je ne vois pas comment toute cette coalition peut constituer une menace face au candidat Macky Sall.

  •  A vous entendre, on dirait que Macky Sall va surfer sur un boulevard en 2019…

    Non. Je veux dire qu’on a travaillé pour avoir un second mandat. Ce n’est pas le brouhaha de l’opposition tirant sur de faux dossiers qui va faire que le pouvoir puisse être sanctionné. Lors du référendum, ils ont dit que Macky Sall veut légaliser l’homosexualité. Est-ce que c’est le cas ? Franchement, je pense que nous n’avons pas une opposition responsable et notre pays en a besoin. Il n’y a pas d’alternative au sein de l’opposition. On tape sur le régime gratuitement. L’opposition doit se servir de l’exemple de Macky Sall du temps où il était dans l’opposition. Il n’était pas là pour dire que Wade n’a rien fait. Il est allé vers les populations, comprendre leurs doléances et leur faire des propositions pour sortir de la pauvreté.

  • Mais le pouvoir ne facilite pas la tâche à l’opposition car on voit que ce ne sont que des opposants avec des dossiers judiciaires ?

  • Combien d’opposants le régime socialiste a mis en prison ? C’était la même chose avec le régime de Wade. Des gens étaient mis en prison sans être jugés. Par un protocole de
    Rebeuss, ils sortaient de prison. Les Sénégalais ne comprenaient rien. Est-ce que dans ces conditions, on pouvait parler de justice ? Ce n’est pas le cas avec Macky Sall. Les gens sont convoqués devant la justice qui à son tour fait son travail à travers des procès. On ne voit pas des responsables du pouvoir en prison…Aucun responsable politique n’est arrêté juste parce qu’il est un opposant au pouvoir actuel.
  • Et Khalifa Sall ?

    Mais c’est un maire qui est poursuivi dans le cadre de sa gestion.

  • Pourquoi on attend qu’il déclare son intention de créer une liste aux Législatives en dehors de Benno bokk yaakaar, pour l’arrêter ?

    Je ne suis pas d’accord. Cela a démarré depuis l’ancien régime. L’audit de la mairie de
    Dakar a démarré depuis le Président Abdoulaye Wade. Khalifa Sall était au courant de cela.

    – Comment va l’Apr à Grand Yoff ?

    Au niveau l’APR de Grand Yoff nous menons des activités de massification du parti. Nous
    sortons des Législatives et sommes en train de consolider les acquis. Nous avons eu
    presque 13 000 voix lors de ces élections, pour les prochaines élections nous espérons avoir minimum 16 000 ou 17 000 voix. On poursuit le travail pour offrir au Président Macky Sall, qui le mérite, un second mandat pour continuer cette dynamique de développement du Sénégal. Les Grand-yoffois vont voter en majorité pour le Président Sall.

    – Lors des dernières Législatives, vous avez perdu avec un écart de plus de 3000 voix, comment allez-vous faire pour renverser la tendance ?

  • Par la proximité, par le dialogue, par les arguments que nous avons ainsi que notre bilan. En plus, les perspectives sont très prometteuses avec les réalisations en cours du Chef de l’Etat. C’est vrai que nous avons perdu à Grand-Yoff lors des dernières élections mais nous avions en face un candidat qui était en prison. Certaines populations ont voté en pensant que Khalifa Sall subissait une injustice. On va continuer à leur donner des explications pour faire la part des choses entre la justice et la politique. On doit changer les Khalifa Sall et autres qui dirigent la localité depuis des années sans apporter une amélioration dans les conditions de vie et le cadre de vie des populations. Il faut proposer une alternative aux populations de Grand-Yoff. Ces gens sont là depuis 22 ans. Le premier maire de Grand-Yoff, c’est Khalifa Sall et c’était en 1996. A cause d’eux, Grand-Yoff est la commune la plus en retard du Sénégal. On a trop de problèmes. Il nous faut un maire sérieux.

    –  Est-ce que vous serez candidat en 2019 lors des Locales pour la mairie de Grand- Yoff?

    On n’en est pas encore là. Pour l’instant, on cherche à réélire Macky Sall en 2019.

    Avec Lequotidien

Laisser un commentaire