Casamance: Mlomp et les Cases à étage sont orphelins de Martine Diédhiou

Casamance

La Casamance est en deuil, le Kassa pleure:  la commune de Mlomp est éplorée. L’un de ses sages et première ambassadrice de ce village mondialement connu, surtout des touristes, est parti au crépuscule d’une vie bien remplie. «Aayo Martine a Maama.» Grand mère, Martine est partie.

Agée de plus de 100 ans, l’épouse de Etienne Diédhiou a rejoint, ce samedi 10 septembre 2016, son défunt mari au royaume des « Ati djamit. »  Son enterrement aura lieu, à en croire nos sources sur place, le vendredi prochain à Mlomp; village où elle est née et qu’ils ont, avec son mari, rendu célèbre à travers le monde.

Après le décès de Etienne,  le 23 octobre 1989, c’est seule que « Aayo Martine » -grand-mère, en diola- a tenu à faire vivre ce lieu dont le succès était trop grand pour ses maigres épaules. Il a fallu le retour de ses enfants, une fois la retraite obtenue, pour que la veuve de Etienne Diédhiou puisse espérer gouter au repos.

En effet, c’est son mari, un ancien tirailleur qui, lors de son passage en France -durant la seconde guerre mondiale- a été séduit par les immeubles parisiens qui a eu l’idée de faire la même chose chez lui. De retour dans son village, il a décidé -comme les Blancs- de construire une maison à étage. Une idée révolutionnaire en son temps, « un fou à lier » disaient de lui ses congénères. Contrairement aux blancs, il n’a pas les moyens financiers de son projet et aucun système bancaire ne va l’accompagner. Qu’à cela ne tienne, il l’a rêvé, il le réalisera.

Sans fer ni béton, l’ancien tirailleur redevenu « Atépa » -constructeur en diola- s’est battu pour se construire son immeuble; sans le moindre centimètre de ciment. Uniquement avec du banco; un mélange de terre crue et d’argile. La charpente est faite de rôniers, les piquets de palétuviers vont soutenir la dalle de l’étage.

Toute la maison est bâtie sans fondation ni coffrage; ce qui n’a aucune conséquence sur la solidité de la bâtisse. Les seules ennemis qui menacent, en permanence, ce bâtiment sont les termites qui rongent le bois et creusent la terre. Et cette prouesse technique a rapidement fait le tour de la Casamance où les gens viennent, de loin, pour voir l’oeuvre géniale d’un fils du terroir.

Sa maison, bâtie sur deux niveaux, renommée « la case à étage » a fait le tour du monde. Et ce sont les blancs -qui l’avaient inspiré- qui sont devenus ses plus grands visiteurs; au point de transformer sa villa en un musée de découverte des traditions diola.

Et ce succès, jamais remis en cause, a inspiré de nombreux Casamançais à construire eux-aussi leur case à étage. Mais de toutes les cases à étage que compte la Casamance, celle de Etienne Diédhiou est restée la plus courue, car pioçnnière dans le domaine. Aujourd’hui, c’est Joachim Assoi Diédhiou, historien de son état et ancien enseignant des lycées qui aura la lourde responsabilité de perpétuer l’oeuvre de ses illustres aïeux.

Au nom de toute l’équipe de kéwoulo.com, nous présentons nos sincères condoléances à toute la Casamance et aux amis de la verte et douce région. « Emitaï kani ati djamiit a bonkétoul ».

10192633-16625220 exterieur_case_africaine-e1473698419519

351813

Laisser un commentaire