Casamance: carnet de route sur la piste des tueurs des Kanfany

    Après avoir contacté et discuté avec des membres de la famille en France, interrogé des camarades de classe du défunt soldat, une équipe de Senenews.com s’est rendue à Ziguinchor.

    Dans la capitale du sud, nous avons été à Tilène comme à la cité Biagui où nous nous sommes discrètement entretenus avec des membres de la famille du défunt.

    Ensuite, cap sur Boutoute. Après une dizaine de minutes de poussière -la route est en latérite puisqu’en travaux- nous sommes arrivés à destination.

    Ici, après avoir auditionné de nombreuses sources et pris des images du village, nous avons décidé de nous mettre sur les traces des tueurs, là où les corps ont été découverts –à Boutoute pour le père et Djidel pour le fils.

    À 13h30, nous quittons Boutoute et arrivons à Blom, puis nous faisons cap sur Soukouta.

    A cette étape, nous avons été interpellés par un détachement militaire qui –pour notre propre sécurité- nous interdit de passer le check point.

    «C’est une zone dangereuse, une zone de guerre et nous ne pouvons pas prendre ce risque de vous laisser passer», a martelé le chef de cantonnement. Rien à faire, les militaires sont intraitables.

    Nous sommes en zone militaire, les civils n’ont pas droit de cité ici et nous sommes à quelques kilomètres de la Guinée-Bissau.

    Malgré le fait que seul 3 villages nous sépare de notre objectif, nous avons été contraints de rebrousser chemin sur Ziguinchor où les Kanfany organisent leur deuil.

    Aux dernières nouvelles, l’enterrement pourrait se faire ce lundi. Et l’enquête est confiée à la compagnie de gendarmerie de Ziguinchor.

    Laisser un commentaire