Editorial: Sénégal, le règne de la diplomatie sélective

La Diplomatie

Je me suis toujours posé la question jusqu’où iraient nos diplomates pour convaincre les Sénégalais -de l’étranger- de leur incompétence à défendre leurs dossiers. A prendre, à bras le corps, les inquiétudes de leurs compatriotes et, à défaut de les régler, leur donner des signaux d’espoir.

Il a fallu l’affaire Mbayang Diop et les dernières sorties médiatiques du ministre Mankeur Ndiaye pour que je désespère de ce pays et plaigne mes compatriotes de l’étranger. En disant simplement que «toutes les requêtes ont été introduites pour l’assistance à notre compatriote» et obtenir les applaudissements de toute la presse qui aperçoit, à travers cette simple déclaration de principe, des lueurs d’espoir, pour «un dénouement heureux» du dossier Mbayang Diop, me renvoie à ces dossiers que la diplomatie sénégalaise n’a jamais résolu et qui se sont tous soldés tragiquement.

Je l’ai dit et ne cesserai de le répéter: aussi longtemps que les journalistes sénégalais continueront à se considérer comme des subordonnés, des communicants, des portes-micros des autorités et qu’ils ne leur poseront jamais les questions qui fâchent -ne se limitant qu’à leur poser de «bonnes questions»-, ils infantiliseront ce noble métier et continueront à endormir le peuple.

Le rôle d’un journaliste, faut-il  le rappeler, c’est d’informer juste et vrai. Pour cela, il doit d’abord être cultivé. Comme le policier devant un délit, un médecin devant une maladie, le journaliste doit combattre le mensonge et la manipulation par tous les moyens à sa disposition et donner, au public, les codes et les moyens de comprendre les enjeux des questions qui l’interpellent.

S’il avait un journaliste informé devant lui, Mankeur Ndiaye se serait entendu dire que les diplomates sénégalais ne font rien pour sortir leurs concitoyens de la «merd…» Au contraire, c’est eux qui facilitent l’expulsion de leurs compatriotes; en signant des laisser-passer pour permettre le refoulement de clandestins Africains vers le Sénégal.

S’il avait un journaliste compétent devant lui,  il se serait entendu demander ce que son gouvernement avait décidé de faire pour nos  nombreux compatriotes, enfermés dans les prisons de la Mauritanie, accusés de vol par leur patron, parce qu’ils ont, simplement, un jour, demandé leur salaire.

S’il avait un journaliste cultivé devant lui, au moment où il faisait ce simple rappel de principe, le patron de la diplomatie sénégalaise aurait été entendu sur ce que Macky Sall devait faire pour ces centaines de jeunes sénégalais perdus dans le désert libyen alors qu’ils espéraient simplement se rendre en Europe; aujourd’hui obligés, pour certains, de s’engager dans les rangs de l’EI, faute de pouvoir ni continuer ni rebrousser chemin.

Soyons clairs et honnêtes, l’un des problèmes majeurs du Sénégal, c’est sa presse, gagnée soit par la paresse soit par l’incompétence ou l’ignorance. Autrement, un de ses nombreux portes-micros  venus recueillir les propos du ministre lui aurait demandé s’il savait que, dans la prison où se trouve Alcali Cissé en Arabie Saoudite, il y’a un nommé Coly, emprisonné pour 8 ans et qui est à sa onzième année de détention sans aucune assistance consulaire.

Que l’on soit à Paris ou à Ouagadougou, les diplomates sénégalais apportent peu ou pas d’assistance aux Sénégalais. Dans la capitale Burkinabé où j’ai vécu, à Abidjan où j’ai enterré mon innocence, à Nouakchott où j’ai grandi et à Paris où je vis, Keur Sérigne Touba -foyer d’accueil des Sénégalais en détresse- fait pour les Sénégalais ce qu’aucune ambassade ne fait pour nous. Qu’il soit mort ou vivant, quand un Sénégalais est dans la difficulté, ce sont ces structures socioculturelles qui se substituent à l’Etat et lui viennent en aide.

Pour que les diplomates sénégalais veuillent se déplacer et tenter d’apporter du soutien à un citoyen en difficulté, il faut que ce citoyen soit un membre de leur famille, une star ou encore un proche du président. Que ses parents me pardonnent!: tout le consulat du Sénégal à Paris s’est décarcassé, en moins de 48 heures, pour prendre en charge les frais de mise en bière, de levée du corps et a procédé au rapatriement de la dépouille de Demba Dia, Rock Mbalaax.

Alors que celle de Michel Diatta a trainé à la morgue, pendant 3 mois, dans l’indifférence totale du consulat comme de l’ambassade qui ont été contactés, à de nombreuses reprises, sans qu’ils ne daignent lever le plus petit doigt; obligeant les Casamançais à en faire une affaire régionaliste pour se cotiser et permettre le rapatriement du corps de ce compatriote, mort dans un isolement total.

S’il avait un journaliste cultivé devant lui, puisque tous ces cas ont été médiatisés, Mankeur Ndiaye se serait entendu dire que,  après son assassinat à la porte de Pantin, un jeune de 16 ans a été «déchu» de sa nationalité sénégalaise par le Consul général du Sénégal à Paris.

Le ministre des Affaires Etrangères aurait appris que Amadou Diallo a refusé d’apporter l’assistance consulaire à la famille de Fossari Sagna, au motif que son père aurait eu la nationalité Bissau-guinéenne, alors que la mère comme le père sont nés Sénégalais et ont vécu toute leur existence en Casamance avant d’immigrer en France.

Et que, décédé, quelques mois avant son fils, Ibrahima Sagna repose à Bambaly, dans cette terre de Casamance dont le Sénégal réclame l’appartenance. Dois-je préciser que ce Fossary Sagna que le Consul Amadou Diallo a déclaré «Bissau-guinéen» était mon jeune frère, deux soeurs ayant donné naissance à son père et au mien.

S’il avait de bons journalistes devant lui, Mankeur Ndiaye aurait appris que, comme Mbayang Diop -dont le cas est certes dramatique- de nombreuses compatriotes dont personne ne parle sont emprisonnées en Arabie Saoudite. Et que de nombreuses soeurs et nièces sont vendues par des «agences» et travaillent comme des forçats au Koweït, au Liban et partout dans les pays arabes.

Pour chacun de ces exemples concrets, la diplomatie sénégalaise avait déclaré avoir «introduit des requêtes» comme elle l’avait, certainement, fait pour Tabara Samb et Gibril Ba, fusillés en 2012 par la Gambie, après avoir passé des années en prison; sans jamais voir pointer ce qui ressemblerait à la silhouette d’un diplomate.

Avec le recul, paraphrasant Abdoulaye Wade qui s’apitoyait sur le sort des Burkinabé vivant Côte d’Ivoire sous Gbagbo, je dirais, simplement, que ‘les diplomates sénégalais font vivre à leurs concitoyens ce qu’aucun fonctionnaire au monde ne fait subir à ses nationaux». C’est cela le règne de la diplomatie sélective.

Laisser un commentaire