Attaque chimique en Syrie: Trump annule un voyage pour superviser la riposte

Attaque chimique en Syrie: Trump

Donald Trump annule son voyage en Amérique latine pour se concentrer sur la crise syrienne. Le président américain a prévenu qu’il allait prendre une décision majeure dans les prochains jours pour répondre à l’attaque chimique de Douma.

Donald Trump devait s’envoler vendredi pour le Pérou et ne revenir que dimanche soir. Le président américain était censé participer au sommet des Amériques avec une trentaine de chefs d’Etat, et se rendre ensuite en Colombie où une rencontre avec le président Santos était prévue.

Ce huitième sommet des Amériques se déroulera donc pour la première fois en l’absence du président des Etats-Unis. Donald Trump qui ne s’est encore jamais rendu en Amérique latine depuis son arrivée à la Maison Blanche sera représenté par son vice-président Mike Pence, rapporte notre correspondant à Washington, Anne Corpet.

Le président américain restera donc à Washington avec sa casquette de commandant en chef des armées, pour, comme l’écrit le communiqué de la Maison Blanche, « superviser la réponse américaine en Syrie et surveiller les développements à travers le monde ». La riposte américaine devrait intervenir dans les prochaines 24 heures si Donald Trump tient ses promesses.

La Maison Blanche semble essayer de mettre en place une coalition. Elle dit en tout cas agir en coordination avec la France. Les présidents américains et français se sont parlé à deux reprises au cours des deux derniers jours au sujet de la Syrie. Les Américains souhaitent également associer les Britanniques à leur opération et Donald Trump a appelé Teresa May ce matin. Tous deux se sont mis d’accord pour empêcher l’utilisation d’armes chimiques en Syrie.

Lors d’une conférence de presse commune avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman, le président Emmanuel Macron a déclaré ce mardi soir  que d’éventuelles frappes françaises cibleraient les « capacités chimiques » du régime syrien et en aucun cas ses « alliés » russe et iranien. Interrogé sur la possibilité que son pays se joigne à d’éventuelles frappes, « MBS » a répondu : « Si notre alliance avec nos partenaires l’exige, nous répondrons présents ».

Laisser un commentaire