Athlétisme: La France prête à travailler avec le nouveau président Sénégalais si…

Athlétisme: La France prête à travailler avec le nouveau

0

Le patron de l’Athlétisme français se soucie du développement de la discipline dans les pays Africains francophones. Ainsi, il a signé des accords de partenariats avec 16 fédérations de ces pays. Excepté le Sénégal qui n’a pas répondu favorablement. Bernard Amsalem se dit, toutefois, prêt à coopérer avec la fédération sénégalaise d’Athlétisme si le Sénégal accepte les conditions proposées…

«Effectivement nous avons des partenariats avec les fédérations des pays francophones d’Afrique». Cette affirmation du président de l’association francophone des fédérations d’Athlétisme d’Afrique, Bernard Amselem, présage une éventuelle coopération avec l’instance sénégalaise ayant en charge cette discipline. Le Français d’origine algérienne a laissé entendre qu’il rencontre toutes les fédérations. « Et nous avons eu de bonnes relations avec la fédération sénégalaise. Je connais bien, alors, les instances sénégalaises. Je connais beaucoup d’athlètes sénégalais pour en avoir accueilli quelques-uns en France dans les championnats ou tout simplement dans les clubs. »

Aussi, poursuivant son intervention, il a déclaré avoir rencontré « Cheikh Boye qui veut redonner le dynamisme à cette fédération sénégalaise. C’est vrai que depuis quelques années, il n’y plus de résultats. Avec Cheikh Boye, il y avait des résultats avec des athlètes du plus haut niveau mondial. Aujourd’hui, force est de constater que c’est moins bon ».

Et c’est la raison pour laquelle, Bernard Amsalem a décidé de soutenir le Sénégal qui souhaite relancer la discipline et booster ses athlètes au niveau mondial. Au cours de cet entretien, Bernard Anselme a déclaré avoir fait « des propositions à Cheikh Boye pour une convention de partenariat, pour l’accompagner dans ce projet de relancer l’Athlétisme sénégalais. Il y a un potentiel énorme de jeunes dans ce pays. Maintenant ce qu’il faut c’est d’avoir une démarche un peu plus professionnelle, en structurant la fédération, structurer de nouveaux projets ».

Ainsi, il s’est engagé à accompagner cette nouvelle équipe qui sera mise en place. Et souhaite que Cheikh Boye en sera le président. Comme argument, M. Amsalm a déclaré que « Cheikh Boye connaît bien la France, le Sénégal aussi. Il a été un athlète de très haut niveau. Il connaît bien la discipline. Avec lui, et son équipe, je propose une convention pour rebâtir une fédération qui va produire des sportifs de renoms en Afrique et dans le monde ».

Quid à la formation de ces derniers? Dans ce domaine, le président de la fédération française d’Athlétisme note la détermination de son homologue sénégalais : « L’expérience qu’il a acquise pour refaire l’Athlétisme sénégalais. Il est très ouvert. Il des idées intéressantes qui favoriseraient la renaissance de l’Athlétisme sénégalais. Donc je suis à sa disposition pour l’accompagner. »

« Car, constate-t-il, sur le plan de la formation, la situation est en veilleuse. Il y a eu beaucoup moins de coopération que dans le passé. Mais, avec une nouvelle équipe à la tête de la fédération nous pourrions envisager de relancer ces coopérations avec nos pôles. On a plusieurs pôles. On a un pôle ici, à Paris, à Montpelier. Bref, on a tout un réseau d’établissements. Et nous accueillons des Athlètes de hauts niveaux de d’autre pays ».

L’apport des partenaires étant important, Bernard Amsalem estime pour que ces derniers viennent, «il faut de la visibilité avec les fédérations. Et pour qu’il y ait de la visibilité, il faut des Athlètes forts, emblématiques qui vont chercher des médailles dans les grands championnats.  Ça c’est la recette normale ».

Et pour le cas du Sénégal, il a répondu que « si vous n’avez des athlètes qui brillent sur le plan mondial, vous ne pouvez attirer les partenaires. Voilà ce qui fait que les fédérations comme celle sénégalaise n’attire pas les partenaires sponsors. J’ai proposé une coopération à ce titre. J’ai signé 16 accords avec 16 fédérations de pays francophones. Mais pas avec le Sénégal qui n’a pas encore répondu. J’ai fait des propositions avec ce qui ont bien voulu coopérer ».

16 pays excepté le Sénégal. C’est ce que le président l’association des fédérations francophones d’Athlétisme d’Afrique ne comprend pas : « Je ne sais pas pourquoi la fédération sénégalaise ne répond pas à notre appel. Les fédérations c’est comme des entreprises. Il faut un projet de développement, il faut des hommes qualifiés au bons postes. Ensuite on aura les résultats ». Pourvu que le président de la fédération sénégalaise d’Athlétisme donne son accord en remplissant les conditions de la France…

Laisser un commentaire