Anacarde : Le port de Ziguinchor prêt à accueillir les 50 000 tonnes…

Anacarde : Le port de Ziguinchor est prêt à accueillir les 50 000 tonnes...

Le port de Ziguinchor sera désormais prêt à accueillir de l’anacarde. En effet, depuis plusieurs années, toutes les productions d’anacardes passent par la voie routière et par le port de Banjul. Dans ce sens, le ministre du commerce a rassuré les producteurs que leurs marchandises pourront passer par le port de Ziguinchor qui a bénéficié d’une enveloppe pour sa réhabilitation. Nous informe le quotidien L’Observateur.

« Le port de Ziguinchor est prêt à accueillir les 50 000 tonnes d’anacarde de la région naturelle de Casamance, composée des régions de Kolda, Sédhiou et Ziguinchor. Toutes les dispositions sont prises pour l’exportation totale de la production d’anacarde« , déclare le ministre du commerce au micro de l’Aps.

Il présidait lundi, à Ziguinchor, une réunion d’évaluation des différentes mesures prises en 2017 pour mieux encadrer la filière anacarde. La décision d’exporter l’anacarde à partir de Ziguinchor faisait partie des mesures prises l’année dernière. « Il n’est plus question de transporter l’anacarde via le port de Banjul. Désormais, tout va transiter par le port de Ziguinchor qui a récemment bénéficié d’un financement de 20 milliards francs Cfa pour sa réhabilitation« , a précisé M. Sarr, en présence de plusieurs opérateurs économiques.

Les autorités administratives, les forces de défense et de sécurité et les institutions d’encadrement, comme la Chambre de commerce, ont donné des assurances sur l’effectivité de cette mesure qui vise « à n’exporter de l’anacarde qu’a partir du port de Ziguinchor. »

Le ministre du commerce, du secteur informel, de la consommation, de la promotion des produits locaux et des Pme a salué « l’engagement des acteurs économiques à n’exporter désormais qu’a partir du port de Ziguinchor. Il a aussi fait part d’autres dispositions liées « au prix du transport pour les opérateurs économiques de Kolda et Sédhiou afin de faciliter le convoyage des noix jusqu’au port de Ziginchor.

« Il est possible d’amener des bateaux capables de tirer jusqu’à 5 000 tonnes pour rallier directement le marché extérieur. ils veulent aller jusqu’en Inde ou Vietnam » a assuré Alioune Sarr.

Laisser un commentaire