Alerte: Ce dangereux appel de Abdoulaye Wade qui menace le Sénégal

Alerte : Cet appel de Wade qui

1

Mardi, jour de protestation contre la «rétention» des cartes électeurs, est chargé de dangers. L’appel de l’ancien président de la République et tête de liste nationale de sa coalition «Wattu Senegaal » pour les législatives fait planer des nuages d’incertitudes sur notre pays.

L’ancien président de la République qui bat campagne, pour être député à l’Assemblée nationale, a invité les populations à une marche de protestation pour le retrait des cartes électeurs. Et cela, dans une zone où lui-même avait monté les barrières juridiques, interdisant toute manifestation dans ces lieux, parce qu’abritant des structures institutionnelles dont le ministère de l’intérieur.

A l’époque, Ousmane Ngom dirigeait les destinés de ce département et Abdoulaye Baldé assurait les fonctions de ministre des forces armées. Ce dernier d’ailleurs, interpellé par la presse, a refusé de participer à cette marche organisée par son ancien mentor du temps de la «Génération du Concret». son refus est cohérent!

La violence, le Sénégal n’en veut plus et n’en peut plus. Le nombre de morts qu’elle a déjà causé, fait que cette marche donne de la trouille au ventre. Car, c’est avéré, Me Wade est un rassembleur de monde. Des foules, parfois, que les forces de l’ordre ne peuvent pas contenir. Déjà, le discours des organisateurs et de certains partisans présage des débordements.

La démocratie a béni la décision de la tête de liste nationale de la coalition « gagnante » « Wattu Senegaal ». Parce qu’étant dans leur droit de réclamer ces armes sans lesquelles on ne peut remplir son devoir citoyen le 30 juillet.  Mais, le zèle du Pape du Sopi et l’indiscipline de certains militants, peuvent être cause de dérapages. Il s’y ajoute les discours incitatifs de certains leaders qui ne sont pas de son camp, comme Brathélémy Dias.

Le maire de Mermoz-Sacré-cœur déclarait récemment que « la violence n’a pas encore commencé, s’il ne donne pas les cartes… ». La psychose qui plane sur le champ politique est encore intensifiée avec l’affaire des 1000 cartes trouvées entre les mains du jeune Samba Ba qui va porter plainte contre Barthélémy et Bamba Fall, soupçonnés de l’avoir brutalisé et humilié.

C’est pour dire que le gratin d’une nouvelle violence est bien concocté. Cette violence qui a fait des blessés à Grand-Yoff, des morts au stade Demba Diop. Alors, comme Barth prédit la continuation, prenons nos gardes le 25 juillet. Mardi, un jour de marche et de tous les dangers.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire