Affaire Jean-Claude Logé : Le témoignage exclusif de Christian et Françoise Jacquot, les patrons de l’hôtel Paillotte du Cap Skirring

L’affaire Jean-Claude Logé est loin d’avoir livré tous ses secrets. Après les révélations faites par Kéwoulo sur les auditions par les gendarmes de la section de recherches des Docteurs Farid Ghozayel, cardiologue à la clinique La Madeleine de Dakar et Léopold Gaston Boissy, de la clinique la Croix Bleue, et médecin psychiatre à l’hôpital de Thiaroye -qui a avoué avoir fait du faux pour faire interner le milliardaire belge à la demande de son épouse, Huguette Elsocht,- c’est au tour du couple Jacquot de livrer des secrets sur ce qu’ils ont vécu de l’incroyable chasse organisée dans les rues du Cap Skirring par celle qui était l’épouse de Jean-Claude Logé et son homme main, Patrick Lausberg. Après avoir remarqué que leur proie leur avait échappé d’un internement qu’ils lui voulaient à l’asile des fous de Kénia, à Ziguinchor, c’est un duo en chasse qui est parti à la traque du “pigeon” Jean Claude Logé…Témoignage.

“Je suis Français, je suis né au Sénégal et j’ai 62 ans. Mon épouse est française d’origine antillaise, âgée de 61 ans. Mes grands-parents sont arrivés en Casamance, dans les années 1950. Notre activité a toujours été l’hôtellerie-restauration, pour mes grands-parents, mes parents puis pour mon épouse et moi-même qui tenons depuis 40 ans le village hôtel La Paillotte au Cap-Skirring. On peut dire que c’est le lieu incontournable de Cap-Skirring. Voici donc pourquoi et comment nous avons la connaissance de Jean-Claude Logé et de son épouse Swenna. Ces derniers, puisque résidant à Cap-Skirring et sans doute après avoir essayé tous les restaurants de l’endroit, ont fini par prendre leurs habitudes à La Paillote. C’est ainsi que 5 jours, sur 7, ils venaient y déjeuner. Ça nous a paru curieux que des gens ayant pourtant une belle maison avec tout le confort viennent déjeuner pratiquement chaque jour. Mais, nous avons fini par comprendre que Swenna ne tenait pas à passer le son temps dans une cuisine ni à en organiser l’intendance avec courses, cuisiner etc. à gérer. La paillote s’était leur sortie détente. Et elle leur permettait de rencontrer, parfois, des personnes intéressantes parmi la clientèle de touristes.

Nous avons, donc; pris l’habitude de voir débarquer, presque, chaque jour Jean-Claude Logé, son épouse et Patrick Lausberg, l’intendant de la fondation, parfois avec leur fille Alice lorsqu’elle n’avait pas de classe. Nous avions plaisir à les voir arriver, nous gratifiant de grands bonjours de la main ou d’une bise. Jean-Claude, nonchalant, toujours vêtu d’un bermuda, d’un t-shirt genre Lacoste et marchant sur les contreforts de ses mocassins façon babouche et Swenna toujours élégante maquillée, semblant arriver d’une escapade shopping à Knokke. Pas compliqué, ils choisissaient toujours les mêmes plats. Nous finissions souvent par les rejoindre à la fin de leur repas pour échanger, parler de l’actualité locale ou internationale, blaguer …

Une amitié est née en quelque sorte; nous avons étés invités chez eux ce qui était un privilège car ils ne s’étaient liés à pratiquement personne des résidents hormis 4 ou 5 résidents dont une collaboratrice, directrice-adjointe Lucie, une jeune femme française et son compagnon sénégalais Moise Diatta qui était convié souvent chez les Logé notamment le dimanche pour partager le poulet. Et profiter de leur piscine. Jean-Claude a un bon fond, conscient d’être gâté financièrement. Dès qu’on lui parlait d’un projet pour aider un jeune sénégalais, il était toujours partant. De nombreuses réalisations ont vu le jour grâce aux largesses de Jean-Claude. Il passait toute sa journée devant son ordinateur, Facebook pour « pondre » son article du jour qui aurait fait pâlir d’envie le plus réputé des journalistes; intelligent, élaboré, drôle, choquant, recherché, voilà pour le papier que de nombreux «adeptes» de par le monde attendait quotidiennement, puis sorti déjeuner à La Paillote, le foot à la télé, bain dans sa piscine. Voilà pour son programme.

En résumé, quand on a vu arriver Jean Claude et Swenna, il y a quelques années, on avait remarqué ce couple qui ne laissait pas indifférent ; certes il y avait la différence d’âge. Mais, ce n’était pas inhabituel. Et eux formaient un très beau couple qui attirait les regards. Jean-Claude, encore bel homme grand, conservé physiquement, d’une grande intelligence, d’une grande culture. Il avait ce côté flambeur des gens qui ont beaucoup d’argent, ce côté provocateur en parole des gens sûrs de leurs expériences, de leur savoir, sur d’eux. Ça pouvait choquer, déplaire. Mais quand on finissait par connaître Jean-Claude, on s’apercevait que c’était quelqu’un de très gentil, de qui on pouvait tout obtenir.

Par ailleurs Swenna très jolie fille, était toujours souriante, bien habillée perchée sur des talons hauts, élégante, ce qui était rare vu le patelin qui est au Cap Skirring. Ils semblaient très bien s’entendre; il ressortait une complicité entre eux. Et, à table, ils plongeaient dans des conversations interminables. En quittant le restaurant, vers 15h ou plus tard, Jean-Claude lançait quelques vannes que Swenna tentait d’excuser avec de grands sourires en levant les yeux vers le ciel comme pour dire «ce n’est maintenant qu’on le changera». Quant à Alice, leur fille, ils voulaient pour elle le meilleur, à l’école, au sport, lui permettant d’avoir des professeurs privés pour lui permettre de rattraper le temps: cours de natation, cours de tennis, cours de surf… la transformation, l’adaptation de Alice à sa nouvelle vie de fille de nantis européen fut spectaculaire. Le trio formait une jolie famille. Alice était attachée à son père et répondait par l’humour. Elle avait tout compris!

Quant à Swenna elle échafaudait les projets les plus hauts pour sa fille: plus grande école, rallyes pour rencontrer les filles et les garçons des familles les plus en vue de Bruxelles… lorsque Jean-Claude est revenu en mai 2016 à Cap Skirring, avec Alice, après un séjour à Dakar tout allait bien. Un ami sénégalais qui avait dîné avec eux au restaurant de l’hôtel ou ils se trouvaient a dit avoir passé une excellente soirée avec eux. Swenna était restée quelques jours supplémentaires pour faires ses courses. Puis, pour justifier les jours supplémentaires de son absence, elle avait expliqué qu’un insecte était rentré dans son oreille abîmant son tympan.  Et que, en conséquence, elle ne pouvait pas prendre l’avion à cause de l’air pressurisé. A ce moment-là, si elle pensait que son mari était fou dangereux, comment a-t-elle pu rester à Dakar et laisser Alice repartir avec son père Jean-Claude?

Pendant ce temps notre hôtel étant fermé comme chaque année début mai, Jean-Claude nous demanda par l’intermédiaire de Patrick Lausberg s’il pouvait venir déjeuner avec nous, à notre table d’hôtes personnels. Bien sûr nous avons accepté! Chaque déjeuner se passait très bien avec différents amis qui se joignaient à nous. C’était fort sympathique, Jean-Claude ayant toujours des anecdotes à raconter. Jean-Claude pour la forme, râlait de voir que Swenna n’était pas pressée de rentrer, ne lui donnait plus de nouvelles. De notre côté, nous commencions à être très mal à l’aise car notre collaboratrice recevait de Swenna des messages sms de plus en plus étonnants, plus hallucinants les uns que les autres, disant que Jean-Claude était bipolaire, dangereux, fou, qu’il fallait qu’il revienne à Dakar pour être interné, soigné, que les médecins étaient formels, que son entourage était en danger etc. Voir Jean-Claude déjeuner tranquillement avec nous, sans se douter de rien, nous épouvantait. Pendant ce temps, Patrick Lausberg au Cap Skirring et Swenna à Dakar se montaient réciproquement la tête de plus en plus jusqu’à ce fameux jour du 21 juin que Jean-Claude a très bien narré ou Patrick Lausberg a amené Alice pour l’éloigner de son père, dans une fuite jusqu’à Ziguinchor. Poursuivis qu’ils ont été par Jean-Claude qui tentait de les rattraper, en vain.

Ensuite, le jeune Hugues Lausberg a eu le courage de raconter à Jean-Claude que son père, Patrick Patrick, lui avait demandé de trouver 3 ou 4 types costauds pour maîtriser Jean-Claude pour l’interner à Ziguinchor. Tout ceci parce que le plan de Swenna pour faire «soigner» Jean-Claude à Dakar n’a pas pu se faire. Jean-Claude a très bien relaté tous les faits qui se sont déroulés ensuite. La nuit qu’il a passé chez nous, à La Paillote, de peur qu’il soit amené de force de chez lui puisque Swenna était revenue de Dakar par un avion privé. La surprise de Jean-Claude de ne pas trouver son passeport, sa déception de constater que son compte était quasiment vide à la banque CBAO, sa colère de devoir partir comme un voleur, son chagrin de devoir fuir sans revoir sa fille, Alice. Son refuge à Ziguinchor, grâce à des amis, qui n‘ont pas voulu le quitter compte tenu de son âge, de son désarroi puisque tout son monde s’écroulait. Son départ de Ziguinchor, tôt le matin, en petit avion-taxi alors que Patrick Lausberg et Huguette Elsocht avaient voulu empêcher de prendre le vol en  tentant d’effrayer les pilotes. En leur faisant croire que Jean-Claude Logé était un fou dangereux.

Propriétaire de la compagnie qui l’a expliqué dans son témoignage.

D’ailleurs, le lendemain de son retour précipité au Cap Skirring, Swenna et Patrick Lausberg étaient venus à la paillote. Nous étions en train de déjeuner. Je suis allé les rencontrer à la terrasse. Huguette Elsocht était très agité, bougeait dans tous les sens, fumait nerveusement sa cigarette, nous agitait sous le nez une liasse de «rapports médicaux» disait-elle. Elle recherchait Jean-Claude, me disant qu’il fallait absolument l’interner, le faire soigner, que si je le voyais il fallait absolument qu’il prenne ses médicaments. Qu’elle était là pour nous sauver la vie. Je lui ai dit que je ne savais pas où était Jean-Claude, c’était vrai puisqu’il nous avait quitté le matin. Mais, vraisemblablement elle ne m’a pas cru.

Jean-Claude était parti à Saint-Louis quelques jours voir son ami belge car il avait besoin de parler à quelqu’un qui le connaissait, qui connaissait Swenna. Il voulait se donner du temps pour réfléchir, comprendre, accusé le coup, faire le point.  Mais, finalement devant le danger et sur les conseils de ses amis, il est rentré à Bruxelles. Tout ce que Jean-Claude a écrit et raconté pour relater les faits et la situation rocambolesque dans laquelle il s’est trouvé avec son épouse, Huguette Elsocht, est vrai. Voici deux mois que tout cela est arrivé, mon épouse et moi-même sommes en vacance en France. Mais, cette histoire nous habite toujours, d’autant que nous avons rencontré depuis des gens de retour du Cap Skirring qui ne connaissent pas la vérité, nous ont rapporté que Huguette racontait au village, et dans les restaurants, que c’est Jean Claude qui est parti, qui les a abandonnés. Qu’il est malade, qu’elle a les rapports des médecins, qu’il a vidé les comptes…

La banque doit pouvoir expliquer les mouvements et virements qui ont étés faits n’est-ce pas? Les médecins doivent expliquer où et quand ils ont faits ces examens là ? Toute cette histoire est un énorme gâchis. Nous comprenons pour Jean-Claude que ce soit une épreuve terrible dans le sens où  il a perdu sa femme, sa fille, sa vie tranquille au Cap Skirring. Se faire berner par la personne en qui on a le plus confiance, sa propre épouse, est horrible.  Huguette Elsocht avait tout. Elle avait voulu un mariage en Belgique, elle l’avait eu , elle avait voulu une seconde fête de mariage avec ses amis sénégalais, elle l’avait eu sur la plage de La Paillote au Cap Skirring, elle avait eu sa maison, sa fondation, sa fille, ses voitures, de l’argent, des vêtements, des sacs, des chaussures, des bijoux, un jardin, une piscine, du personnel, des travaux, des meubles, une belle vie au soleil, comme elle l’avait voulu. Jean-Claude ne lui refusait rien. Il n’aspirait qu’à la paix. Que s’est-il passé pour que Swenna échafaude un tel plan ?

Comment Patrick et Swenna se sont-ils montés la tête? Le rôle de Patrick Lausberg n’était pas clair. A la base, n’il était censé s’occuper que de la fondation. Mais, quand on regardait de l’extérieur, il avait pris une place trop importante. C’était lui qui gérait tout. Il était toujours là. A tous les repas avec eux, il gérait le personnel, il payait les factures, gérait Alice, faisait la cuisine, le service à table quand il y a des invités, gérait  les domaines, les travaux, les problèmes au port pour dédouaner les conteneurs. Il s’était rendu indispensable, c’était imposé, il n’y avait plus d’intimité pour les Logé. On aurait dit que c’était lui le patron ! Voilà notre sentiment. Nous confirmons que tous les faits décrits dans tous les témoignages relatant la journée du 21 mai et les journées suivantes sont vraies. Personnellement nous n’avons jamais assisté à une quelconque crise de violence, de démence… Nous espérons que Jean Claude Logé s’en sortir sans trop de blessure à l’âme. Nous espérons le revoir prochainement pour passer de bons moments avec.

 

Françoise et Christian Jacquot

Propriétaire de l’hôtel La Paillote.

 

Laisser un commentaire