Affaire Chérif Ndaw: Les Sapeurs pompiers comme les médecins Gisèle Wato Guèye et Ibou Thiam devant la barre

L’affaire chérif Ndaw refait surface, ce vendredi saint, et va constituer un jour de vérité pour les sept soldats du feu inculpés. Il seront jugés en audience spéciale par le tribunal militaire ce vendredi.

« La vérité finit toujours  par éclater au grand jour. » A t-on l’habitude de dire. Ce sera certainement le cas des soldats du feu mis aux arrêts, suite à la mort de  l’éléve  sapeur- pompiers Chérif Ndaw. Trois (3) ans et trois mois, après les faits, on commence à voir le bout du tunnel dans ce dossier d’apparence facile mais troublé par l’intrusion d’une femme de l’art qui, au lieu d’éclairer l’opinion sur la mort suspecte de Chérif Ndaw, aurait menti de manière à tromper l’opinion et de la famille et du peuple.

Ce vendredi 10 mars 2017, en audience spéciale, la justice va, enfin, se pencher sur ce dossier douloureux et mettre chacun des protagonistes devant ses responsabilités.

Comme les pompiers poursuivis pour le meurtre de leur camarade, les médecins qui ont réalisé l’autopsie du corps de Chérif Ndaw, le professeur Gisèle Wato Guéye de l’Hôpital Aristide le Dantec, et le docteur Ibou Thiam vont devoir défiler à la barre. Et défendre leur expertise contestée.

Ces deux derniers cités qui n’étaient pas directement impliqués dans ce dossier s’y sont mis, à cause de la légèreté de leur expertise, dans une position inconfortable. Pour rappel, dans les constations de leur autopsie, ils ont conclu à « une mort naturelle » de la victime alors qu’on était face à un décès brutal causé par des traitements dégradants et indignes.

Aujourd’hui, ces experts sont poursuivis pour faux témoignage et risque jusqu’à leur exclusion du corps des médecins. C’est la contre-expertise, recommandée par la famille du disparu, qui a fragilisé leur thèse.

Dans celle-ci, publiée à la suite du premier, il est mentionné la présence de « contusions musculaires diffuses, causées des par coups et blessures, d’insuffisance rénale, paludisme grave avec défaillance neurologique, rénale et hématologique ».

Un contrepied fait à l’expertise des premiers intervenants; un désaveu qui a mis le professeur Gisèle Wato Guèye dans une position d’accusée. Il appartiendra désormais au juge Ndary Diop, en charge de ce dossier, de chercher la vérité. Et nous situer dans ce dossier lugubre dans lequel, les pompiers sont accusés de coups et blessures ayant entrainés la mort de Chérif Ndaw.

Laisser un commentaire