Ziguinchor : On en sait un peu plus sur les causes des décès de la Covid-19 au Cte

D’après Dakaractu, depuis le début de la pandémie du nouveau coronavirus et l’apparition du premier cas dans la région de Ziguinchor, 13 décès sont enregistrés dans la région. Un nombre de décès qui pourrait avoir comme cause le manque de cardiologue et de réanimateur.

Le Cte manque de cardiologue et de réanimateur pour les cas graves.

Dans tous ses états, le secrétaire général de la sous-section de la CNTS de Mody Guiro à l’hôpital régional de Ziguinchor déverse et déballe. « Tout le monde sait qu’un malade de la Covid-19 qui fait une insuffisance respiratoire surtout les cas graves fait une thrombose. C’est-à-dire quand le poumon est rempli de caillot de sang. Là, il faut l’intervention d’un cardiologue. Quand l’hôpital n’en a pas et le centre, il y a de quoi s’inquiéter. En plus, ce cardiologue doit avoir besoin de l’assistance d’un réanimateur pour aider la personne à mieux respirer. Et quand ces deux spécialistes n’existent pas, il y a problème », souligne le syndicaliste qui semble dire que les décès de la Covid-19 pouvaient être évités. Les deux autres lits logés dans l’antichambre de salle de réanimation du Cte n’ont que des prises d’oxygène mais n’ont pas de scopes, des respirateurs. En somme tout ce dont on a besoin dans une réanimation.
Et pis, «il y avait un médecin réanimateur envoyé par l’Etat du Sénégal qui était contractuel du plan cobra. Il avait signé un contrat avec la région médicale. A un certain moment on lui aurait dit qu’il ne peut pas bénéficier de deux contrats, et qu’il fallait suspendre l’un d’eux. Le médecin qui est un capitaine de l’armée Bissau-guinéenne, a démissionné  et il est parti. Depuis qu’il est parti, il n’y a rien et celui qui est à l’hôpital régional est juste venu faire un stage», regrette le syndicaliste.

Pas de Psychiatre pour les déficients mentaux atteints de la Covid-19

Poursuivant, le syndicaliste souligne que « parmi les malades, il y a des déficients mentaux. Et pour ces malades le centre a besoin d’un psychiatre pour les prendre en charge », fait-il savoir. « Les gardes sont gérées au niveau du Cte par des médecins qui sont en 7ème année à l’Ufr Santé de l’université Assane Seck de Ziguinchor. Pis, la garde séniorale n’est pas respectée », informe Siméon Faye.

 Le centre doit plus de 25 millions au restaurateur 

L’hôpital pour que la dette du fournisseur de repas aux malades ne soit pas plus consistante, a tout bonnement arrêté la collaboration sans pour autant lui payer son dû qui s’élève à plus de 25.000.000f Cfa, nous souffle le Sg de sous-section de la CNTS. Ce sont dorénavant, des étudiants d’une école de formation qui sont choisis et auxquels il a été confié la prise en charge alimentaire des malades. Je suis cependant au regret de vous dire que la qualité des services diffère. Ils ne maitrise pas la prise en charge des malades particuliers souffrant d’hyper-tension artérielle, diabétiques, ceux qui sont dans le coma. Il y a d’énormes difficultés pour les malades graves. Ils cuisinent pour tout le monde. Leur gestion est différente», regrette Siméon…

Des serpents et des scorpions noirs aperçus autour du Cte

Depuis l’installation de l’hivernage au sud du pays, la sécurité des agents du Cte semble menacée avec l’apparition de hautes herbes. Siméon alerte les autorités et dit : « les agents et les malades rencontrent des problèmes d’insécurité. Le site est entouré de hautes herbes où des agents nous ont signifié qu’ils ont vu des scorpions noirs et des serpents. Il y a des flaques d’eau tout autour. Le souci c’est quand les gens sortent de la zone rouge pour rejoindre la zone verte, ils sont obligés de traverser les flaques d’eau et ils voient des scorpions et des serpents » .
Le site est à l’autre extrémité de l’hôpital du côté de la morgue. Tous les cas graves de Sédhiou et Kolda, sont internés au Cte, « alors qu’il n’y a ni réanimateur, ni cardiologue… »

Laisser un commentaire