Aprés la visite de Macron au Cem Hann Bel Air, le Cusems implore Serigne Mbaye Thiam de rendre le tablier

    Visite: Macron laisse des traces au Cem Hann, le Cusems implore Serigne Mbaye Thiam de rendre le tablier

    Les acteurs du système éducatif sont indignés par l’incident survenu au Cem de Hann Bel Air lors de la visite du président français Emmanuel Macron. Selon Abdoulaye Ndoye du Cusems, c’est une honte de vouloir maquiller la réalité de l’école sénégalaise. Il demande ainsi au ministre Serigne Mbaye Thiam de rendre le tablier.

    Les sénégalais n’oublieront pas de si tôt la visite du président français Emmanuel Macron dans les écoles. Accompagnés d’une forte délégation, les présidents Sall et Macron ont fait le tour de certaines écoles notamment le Cem Hann Bel Air. Dans cet établissement, une élève de 13 ans a dévoilé les secrets de ses supérieurs. Vérité qui a soulevé une polémique dans la place publique. Selon certains acteurs du système éducatif, c’est le peuple sénégalais qui a été touché.

    « C’est l’image du Sénégal aujourd’hui qui a été écornée. Que les responsables soient identifiés, situés. Je ne dis pas qu’on cherche des boucs émissaires mais les véritables responsables qui sont à l’origine de cette mascarade doivent être sanctionnés » 

    Il poursuit: « lorsque l’élève vous dit que c’est depuis 3 jours qu’on a diminué les effectifs et que nous sommes à 28, un autre d’ajouter qu’on se met à 3 ou à 4 par table-banc, je dis c’est gravissime. Et cette affaire ne doit pas passer ». dit Abdoulaye Ndoye

    Il interpelle par ailleurs les sénégalais, tous les acteurs du système éducatif, ceux qui disent que être des défenseurs, des consommateurs et qui s’en prennent toujours aux enseignants, de montrer également leur utilité dans ce pays.

    « Les associations des parents d’élèves doivent se prononcer. Notre problème, c’est à qui faire confiance? Si devant le président Macron, on se permet de dire des contre-vérités, de maquiller la réalité.  Au Sénégal, les classes sont pléthoriques. Nous avons des classes de 100 élèves, de 110 élèves ».Explique Abdoulaye Ndoye

    Il estime qu’il n’y a pas de honte de dire que les classes comptent 100 élèves. L’enseignant a expliqué que les autorités françaises  pourront comprendre que les classes sénégalaises sont pléthoriques. Et que Les enseignants sont démotivés.

    « Faire croire aux gens que tout marche bien alors que tel n’est pas le cas, faire croire à l’opinion nationale et internationale que nous avons des classes de 28 élèves alors que ce n’est pas vrai, faire croire aux gens que les enseignants sont bien traités et qu’ils sont contents, c’est vraiment triste.  On a dit des contre vérités, ils ont été rectifiés par une élève » a clamé l’enseignant avant de demander aux responsables de rendre leur tablier.

    Laisser un commentaire