Mutilations génitales féminines : l’Afrique toujours au coeur des débats

    Mutilations génitales féminines : l'Afrique toujours au coeur des débats

    mutilations-génitales-féminines2
    mutilations-génitales-féminines2

    L’Afrique est au coeur de la journée internationale de tolérance Zéro aux mutilations génitales féminines. Ce mardi 06 février coincide avec la célébration de cette journée.

    L’Afrique continue toujours d’animer les débats quant il s’agit de mutilations génitales féminines. Bien que ce soit le monde qui célèbre cette journée, tous les yeux sont rivés sur l’Afrique, notamment dans certains pays où il est très encré dans des traditions.

    En Afrique, cette pratique est encore d’actualité. C’est environ 44 millions de jeune filles âgées de moins de 14 ans qui ont subit une mutilation génitale.

    Les pays les plus concernés sont la Gambie (56%), la Mauritanie (54%) et en Indonésie, où environ la moitié des filles âgées de moins de 11 ans ont subi cette pratique. Pour ce qui est du taux de prévalence, les filles et les femmes âgées de 15 à 49 ans, revient à la Somalie (98%), la Guinée (97%) et Djibouti (93%).

    CEt pourtant ceux qui pratiquent la mutilation semblent ignorer les conséquences qui s’y rattachent. Les femmes qui subissent cette pratique sont exposées à des saignements importants et des problèmes de santé tels que des kystes, des infections, l’infertilité, des complications à l’accouchement ou des risques plus élevés de décès chez le nouveau-né.

    Partout dans le monde, des campagnes de sensibilisation ont été menées pour éradiquer cette pratique. Plusieurs organisations intergouvernementales telles que l’Union africaine, l’Union européenne et l’organisation de la coopération islamique, ont maintes fois lancé des appels afin d’éliminer les mutilations génitales féminines. Cette lutte a même fait l’objet de trois résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies.

    Les mutilations génitales féminines sont pratiquées principalement sur des jeunes filles entre la petite d’enfance et l’âge de 15 ans.

    1 COMMENTAIRE

    1. En contribution à votre article : plasticienne engagée, j’ai réalisé une oeuvre sur le sujet des mutilations sexuelles intitulée « Infibulation », que j’ai pu présenter à 400 lycéens français pour la Journée des Femmes 2018. Le dialogue fut incroyable avec des élèves qui découvraient cette pratique barbare.
      Quand l’art permet de parler directement des MGF et d’ouvrir le débat.

      A découvrir : https://1011-art.blogspot.fr/p/blog-page.html

      Mais aussi une oeuvre plus pudique intitulée « Noli me tangere » sur l’inviolabilité du corps de la femme : https://1011-art.blogspot.fr/p/noli-me-tangere.html

    Laisser un commentaire