“Violence faite sur les paysans de Tobène” : Aar Li Ñu Bokk de Tivaouane va saisir les juridictions internationales dès ce lundi

Même si le juge du Tribunal des flagrants délits de Thiès a relaxé, au bénéfice du doute, tous les 21 prévenus dans l’affaire des paysans de Tobène, (Méouane), département de Tivaouane, ce n’est pas encore la fin dans ce dossier. La section Aar Li Ñu Bokk de Tivaouane informe qu’elle va saisir dès ce lundi toutes les juridictions internationales suite aux graves accusations portées sur le Colonel Sarr et les 12 autres gendarmes qui auraient torturé dans les locaux de la gendarmerie les populations de Tobène. Les camarades de Guy Marius Sagna recuisent la Section de recherches (Sr) en charge du dossier.

« Après les incidents au niveau de Tobène, nous avions joint par courir de protestation le Haut commandement de la gendarmerie. Mais à notre grande surprise, cette institution est sortie en prenant à la légère les graves accusations portées sur le Colonel Sarr et les 12 autres gendarmes qui auraient torturé dans les locaux de la gendarmerie les populations de Tobène et notre camarade Ardo NGning qui a dit qu’ils ont même délesté du chanvre indien dans ses proches », a déclaré le coordonnateur de Aar Li Ñu Bokk de Tivaouane sur la Rfm.

Jugeant ces accusations très graves, Alioune Badara Mboup et ses camardes sont d’avis qu’elles ne peuvent pas rester impunies, et avec une enquête impartiale. Ils comptent ainsi saisir les organismes internationaux que sont : l’Onu, le haut-commissariat des Nations Unies des droits de l’homme pour « simplement éclairer la lanterne des Sénégalais et que pour que justice soit faite ».

Alioune Badara Mboup informe que la gendarmerie a annoncé une enquête administrative sur cette affaire.

PRESSAFRIK

Laisser un commentaire