Urgent: Hôte de Alpha Condé, le président Abdoulaye Wade est arrivé à Conakry

Texte alternatif de la bannière

Le président Abdoulaye est l’invité à diner de Alpha Condé. Avec François Hollande, ils vont discuter des questions régionales et il est fort à parier que l’élection présidentielle du Sénégal sera au menu des conversations.

L’axe Dakar-Conakry a encore pris un terrible coup de froid. Alors que les autorités sénégalaises surveillent attentivement les vols à l’arrivée de Conakry dans l’espoir de ne pas être pris de cours par l’arrivée, improbable, de Karim Wade chez Alpha Condé, c’est le séjour du Pape du Sopi -qui n’était pas prévu à l’agenda- qui a affolé le thermomètre. Ce samedi, alors que les Sénégalais ne se sont pas encore remis des menaces de trouble à l’ordre public que Abdoulaye Wade fait peser sur la prochaine présidentielle, c’est le départ du patron du Pds de l’aéroport de Diass vers la capitale guinéenne qui préoccupe Dakar.

De sources proches du palais, on susurre  que l’arrivée de Wade en Guinée en même temps que celle de l’ancien président français, François Hollande, est la suite logique de l’ingérence que Conakry a entreprise dans les affaires internes sénégalaises ». Du côté de Conakry, comme a l’accoutumée, on ne fait pas de commentaire des inquiétudes exprimées par Dakar. Si des proches de Alpha Condé avaient démenti un premier article de Kewoulo dans lequel on annonçait l’arrivée de Karim Wade à Conakry, comme base arrière pour perturber l’élection présidentielle sénégalaise, aujourd’hui rares sont ceux qui veulent parler de cette visite.

Et si ces mêmes proches du locataire de Sékoutouréya, le palais de Conakry, avaient soutenu que Abdoulaye Wade exécrait Alpha Condé, l’accueil que le président guinéen a accordé à l’ancien président sénégalais est un cinglant démenti. En plus d’un avion privé affrété à Wade, le pape du Sopi a eu droit à tous les honneurs dûs à un chef d’État en exercice: levée des couleurs, tapis rouge, prise d’armes… Et le fait que le président Alpha Condé se soit personnellement déplacé pour accueillir son « ennemi intime » est la preuve que les deux hommes ont fumé le calumet de la paix.

La haine des deux hommes est tellement ardue que toutes leurs querelles d’ego peuvent être sacrifiées pour faire front contre l’ennemi commun: Macky Sall. L’autre inattendu de ces rencontres de Conakry est le président François Hollande. Ce soir, ils vont, tous les trois, dîner ensemble. Et certainement médire Macky Sall, lui qui une fois élu à la présidence du Sénégal et sans la moindre retenue, avait filé faire allégeance à Nicolas Sarkozy, le président sortant de France.

Ce dernier, opposé à François Hollande, avait perdu l’élection présidentielle de 2012. Et même si François Hollande n’avait jamais, ouvertement, tenu rigueur à Macky Sall, l’actuelle proximité du président sénégalais avec l’encombrant Nicolas Sarkozy pourrait pousser François Hollande a intégrer le club des « ennemis intimes » de Macky Sall. Et chercher, par tous les moyens à lui barrer la route d’un second mandat.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire