Urgent: Birame Soulèye Diop, l’administrateur du Pastef placé en garde à vue à la DIC

Les ramifications créées par l’affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko continuent de faire des victimes. Après les arrestations et placement en garde à vue de Abass Fall, le coordonnateur de Pastef Dakar et de Mme Patricia Mariame Ngandoul, l’épouse de l’administrateur du Pastef, c’est au tour du numéro 2 du parti des patriotes de faire face aux enquêteurs. Au moment où ces lignes sont écrites, Birame Soulèye Diop est entendu par les enquêteurs de la DIC en position de gardé à vue.

Déclaré Wanted depuis quelques jours, par la presse, et cela suite à l’arrestation de son épouse, Patricia Mariame Ngandoul, Birame Soulèye Diop -qui avait disparu des écrans avant de faire une remarquée présence, hier, aux côtés de son leader, Ousmane Sonko,- a finalement décidé de déférer à la convocation des limiers. Auparavant, pour couper court à toutes ces rumeurs qui le disaient en cavale alors que son épouse se trouvait  entre les mains des policiers, Birame Soulèye avait posté un commentaire sur son compte Facebook, faisant savoir qu’il était chez lui. Et n’avait reçu aucune convocation, tout en appelant ses camarades à la mobilisation pour défendre la vérité.

Le prenant au mot, les enquêteurs se sont rendus à son domicile pour lui servir une convocation. Et, comme il l’avait écrit -puisque il n’est coupable de rien sic-, il a déféré, ce matin, à la convocation des policiers. Et, depuis son arrivée, il fait face aux enquêteurs qui chercheraient à comprendre qui est ou sont les auteurs des menaces de morts adressées à Mahmout Saleh, le directeurs de cabinet du chef de l’Etat, et Souleymane Ndéné Ndiaye entre autres autorités. Parce que, après des réquisitions envoyées auprès des sociétés de téléphonies, l’une des cartes SIM utilisées était enregistrée au nom de Fatoumata Traoré, une étudiante qui a eu des vacations dans la société d’intérim où Mme Diop travaille comme responsable commerciale.

Si elle a reconnu avoir acheté cette carte téléphonique, avec sa carte d’identité, l’intérimaire a fait savoir que “c’est à la demande de Mme Diop.” Et, avec la chasse aux pastéfiens qui est organisée au sommet de l’Etat, si cette Mme Diop s’est trouvée être l’épouse -même discrète, effacée et néophyte en politique- du numéro 2 de Pastef, le gouvernement ne pouvait rater «une si belle occasion» de porter un coup au partisans du Pastef.  Et espérer neutraliser Birame Soulèye Diop. Entendue pendant 3 jours, Mme Patricia Mariame Ngandoul a fait savoir aux enquêteurs qu’elle ignorait tout de l’utilisation qui a été faite de cette carte SIM qu’elle aurait bien pu acheter pour ses intérimaires. Mais, décidé à obtenir son «coupable», le parquet a ordonné la prolongation de sa garde-à-vue. A sa suite, c’est un employé puis un ingénieur de la société Orange qui ont été arrêtés.

Et c’est dans cet ordre des choses que Birame Soulèye Diop est entendu pour savoir qui se cache, réellement, derrière celui-là qui a envoyé les SMS menaçants aux collaborateurs du chef de l’Etat. Et au moment où ces lignes vous parviennent, il est placé en position de gardé à vue. Pour rappel, cette audition en position de gardé à vue est une des conséquences directes de l’affaire “Sweet Beauté Spa” créée suite aux accusations de “viols avec menaces de mort proférées, avec arme”, que la masseuse, Adji Raby Sarr, a tenu à l’encontre du député Ousmane Sonko. Dans une plainte déposée le 3 février dernier auprès de la Section de Recherches, cette dernière a accusé Ousmane Sonko de l’avoir “violée“. Convoqué par la Section de recherches de la Gendarmerie, le Patriote en chef avait refusé de déférer à la convocation au motif que son immunité parlementaire ne serait pas levée. Et depuis ce 5 février, l’atmosphère politique, au Sénégal, est lourd.

 

Laisser un commentaire