Opinion: Une ligue de politicards tocards à la rescousse de Sonko (par Abasse Mbaye )

Une ligue de politicards tocards à la rescousse de Sonko (par Abasse Mbaye )

Foin du respect de la plaignante, foin de la justice et foin du statut de personnalité publique tenue de faire preuve de réserve, de respecter le principe de la séparation des pouvoirs et l’égalité de tous les citoyens. Image ubuesque que celle du défilé de tous ces pseudo leaders groggy chez l’accusé de viol, ignorant totalement les droits de l’accusatrice et précédant la décision de la justice.

Que de la légèreté ! Quand on a la bassesse de tomber dans de tels travers, on se retrouve disqualifié du statut d’homme d’État et on ne peut plus inspirer confiance à ses compatriotes. On comprend ainsi aisément que les Sénégalais se soient détournés de cette caste de falots trustant avec les scores électoraux vierges et abonnés aux météos des faits divers sans discernement ni éthique. Que de bassesses, et comme disait si justement le Président Giscard d’Estaing, il faut laisser les choses basses mourir de leur propre poison.

L’homme politique digne de ce statut, prétendant avec crédibilité représenter ses compatriotes, aurait suivi et attendu que le justice fasse son travail avant de célébrer ou dénoncer Sonko. L’attitude consistant à accourir en groupuscules comme de petits cabris de campagne perdus dans une tempête de vents, concurrençant de vitesse avec les feuilles mortes qui s’éparpillent, est immature et primaire. Il y a assez de signes qui auraient dû inciter à la prudence. Celui qu’ils défendent reconnaît lui-même fréquenter ce lieu qu’il n’aurait pas dû, et connaît son accusatrice. Il est reconnu comme client par les propriétaires de ce salon qui, très clairement, ne fait pas la kinésithérapie dont l’accusé s’est prévalu comme justification.

On comprend leur désarroi. Leurs espoirs étaient suspendus aux épaules d’une seule personne qui s’est révélée indigne et inapte. Si ces opposants disposaient de programmes crédibles et de leaders sérieux capables de les porter, pouvant incarner aux yeux de l’opinion des alternatives, ils ne se seraient pas rués vers un homme accusé de viol déplaçant tout le débat politique dans un sombre salon de massage.

Il y a un problème, avec des données et des inconnus. Le croyant, l’honnête homme et le bon citoyen ont une seule posture à adopter : faire preuve de réserve et de prudence en attendant que la justice finisse de se déterminer. Ceux qui refusent cette posture ne sauraient se prévaloir ni de Dieu, ni des valeurs sociales ou républicaines. Et ils auront beau s’agiter, la vérité ne s’en laissera pas occulter parce que le problème est circonscrit et simple.

Ousmane Sonko dit avoir parlé à son marabout. Celui-ci pourrait-il lui trouver quelques justifications religieuses pour faire l’impasse sur un présumé viol ou de présumés adultères d’un polygame qui affiche sa ferveur religieuse en islam ? On est en face d’un problème qui concerne les fondements de la société, ce qu’elle a de plus sacrée de plus authentique : la foi, la morale et la loi.

Abasse Mbaye

Fonctionnaire à la retraite

Yeumbeul (Dakar)

Laisser un commentaire