Une des présumées victimes de Condé se confie : “Il m’a fait démissionner de mon travail alors que j’avais un CDI”

Niélé Sylla, un jeune originaire de Kédougou (sud-est), faisant partie de la longue liste des victimes d’El Hadji Condé, présumé cerveau dans l’affaire du trafic de passeports diplomatiques dans laquelle des députés de Benno Bokk Yakaar (BBY) ont été cités, se confie. Il déclare avoir été mis en contact avec Condé par le biais du président du conseil départemental de ladite localité, Sadio Dansokho. Mais, révèle-t-il, sa demande de Visa a été refusée par l’ambassade parce que ses « conseillers » ont déposé de faux documents.

L’affaire remonte en 2018. Niélé Sylla, né en 1993, voulait regagner l’Europe. Le jeune homme, qui avait un contrat à durée indéterminée (CDI) dans une société minière à Kédougou, a été dupé par le sieur Condé, actuellement en détention suite à l’affaire de trafic de passeports diplomatiques impliquant des députés.

« Il m’a fait démissionner de mon travail alors que j’avais un CDI dans une société minière »

Il a raconté, dans une interview avec le journal Les Echos, avoir remis à Condé la somme de 2.850.000 F Cfa pour trouver un visa. Quelques jours après, ce dernier lui demande de rejoindre très rapidement la région de Dakar pour les besoins de la procédure. Par rapport à son boulot, Condé lui demande de démissionner parce qu’il ne pouvait pas continuer à faire la navette Kédougou-Dakar. Chose qu’il a faite, a-t-il fait savoir.

Après deux mois passé à Dakar, a ajouté Sylla, l’ambassade le contact pour l’annoncer que sa demande de visa a été rejetée au motif que les documents déposés étaient faux.

À la suite d’une plainte déposée au commissariat de Golf Sud, Condé a commencé à rembourser la somme avant de disparaître dans la nature. « Quand El Hadji Condé a su que j’ai porté plainte, il m’a remis 500.000 F Cfa et m’a demandé a retiré la plainte. Chose que j’ai refusée. Il a continué à payer par tranche. Au Total, il m’a remboursé jusqu’à hauteur de 860.000 FCfa. (…) . À la suite de cela, je n’arrivais plus à le joindre ».

Laisser un commentaire