Troubles de Nianao: Le racket des douaniers Sénégalais cause deux morts et un incident diplomatique

Troubles de Nianao: Le racket des douaniers

On en sait un peu plus sur les troubles survenues, ce matin, à Nianao, dans le département de Velingara, dans la région de Kolda. C’est une opération de racket des douaniers Sénégalais qui a mal tourné, causant la mort de deux hommes.

A ce poste frontalier qui a connu de graves émeutes ayant occasionné la mort d’un Bissau-guinéen suivi, en représailles, du lynchage d’un chauffeur sénégalais et de l’incendie de son véhicule en territoire guinéen, les esprits semblent, ce soir, à l’apaisement. Alors qu’on avait craint le pire, en milieu d’après-midi, les autorités administratives et militaires sénégalaises dépêchées sur les lieux ont finalement rejoint leurs bases.

A en croire des reporters de Kewoulo, sur place, l’incident de ce matin n’implique nullement la police encore moins l’armée. « Ce sont des douaniers sénégalais qui ont tenté une opération de racket qui s’est mal terminée« , a rapporté une de nos sources locales à Kewoulo. A en croire des témoignages recoupés auprès de plusieurs témoins oculaires, sénégalais comme Bissau-guinéens, « les douaniers, qui voulaient profiter de la vague de voyageurs devant rallier Médina Gounas, ont exigé le paiement de 2500 F CFA par pèlerins pour les laisser passer la frontière. »

Il ne s’agit nullement de taxes prélevées sur les marchandises ni sur les véhicules Bissau-guinéens. Mais des taxes sur des passagers embarqués dans des cars. Conscients de leur droit à la libre circulation de leurs personnes comme de leurs biens, dans l’espace UEMOA, les pèlerins ont refusé d’obtempérer aux injonctions illégales des Sénégalais. « C’est cela qui a chauffé les esprits. » Ont rapporté les reporters de Kewoulo sur place.

Encerclés par une foule en furie qui les bombardaient de projectiles, les douaniers -qui s’étaient réfugiés dans leurs bureaux- ont fait usage de leurs armes à feu, blessant mortellement un des talibés de Thierno Amadou Baldé. Lorsque l’information est parvenue aux oreilles des Guinéens, ils s’en sont pris à un pauvre chauffeur qui n’avait commis de crime que le fait d’être Sénégalais.

Laisser un commentaire