Syrie: Damas accuse les rebelles d’attaque au gaz toxique à Alep-Ouest

    Syrie

    L’ONU se dit « horrifiée » par les tirs des rebelles qui ont fait 41 morts en Syrie dans les quartiers ouest d’Alep. Les rebelles auraient répandu du gaz toxique. Les médias officiels rapportent 35 cas de suffocation dans un quartier tenu par le gouvernement.

    Loffensive, lancée vendredi dernier par une coalition de rebelles islamistes et jihadistes, pour mettre fin au siège imposé par le régime de Bachar al-Assad aux quartiers de l’opposition continue. Les combats se concentrent à la périphérie ouest d’Alep, attaquée par plus de 1 500 combattants rebelles venus des provinces d’Alep et d’Idleb au nord-ouest du pays. Ces combats se mènent sur un front de 15 kilomètres.

    Les combats les plus violents se déroulent au sud-ouest d’Alep, où les rebelles avaient effectué une avancée avant de devoir reculer.

    L’agence officielle Sana, pour sa part, accuse des « groupes terroristes », terminologie du régime pour parler des rebelles, d’avoir « visé le quartier de Hamdaniyé avec du gaz toxique », et parle de « 35 cas de suffocation » et de blessés souffrant de « spasmes musculaires » et de « dilatation de la pupille ».

    Le directeur de l’hôpital universitaire d’Alep, Ibrahim Hadid, interrogé par la télévision publique syrienne a accusé les rebelles d’avoir utilisé « du gaz de chlore toxique ». L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), généralement bien informé, a confirmé, lui aussi, « des cas de suffocation » dans les rangs des forces du régime dans le même quartier.

    L’envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, s’est déclaré « horrifié » et « choqué » par les bombardements.

    Laisser un commentaire