Vidéo – Suisse: Paul Biya humilié dans son repos par un activiste camerounais

Vidéo

Outré par la présence de son président, Paul Biya, à l’hôtel Continentale de Génève, un activiste camerounais a osé bravé l’interdit. Il a passé plusieurs minutes à conspuer le vieux président avant que les policiers ne viennent mettre un terme à son blocus.

 

Devant des gardes du corps et des responsable de l’hôtel médusés, l’homme a conspué son président lui demandant de rentrer dans son pays au lieu de dépenser l’argent du contribuable camerounais à se payer des nuitées dans cet hôtel.

Accusé de meurtre de citoyens camerounais, de dépravations de deniers public, de corruption et de tous les maux qui collent à la peau des dictateurs, le président camerounais, au pouvoir depuis 33 ans, a eu l’humiliation de sa vie. Ce week-end, alors que « Papa Biya » jouissait du confort de ce palace auprès du Lac Leman, un jeune activiste camerounais a décidé de s’inviter dans le luxe de l’hôtel Intercontinental pour perturber le repos du « père de la nation » camerounaise.

Devant des agents de renseignements médusés et des employés désarmés, l’homme a traité Paul Biya de cancer pire que Boko Haram et Daesh. Un affrontement verbal brutal, long et bruyant qui a fini par arriver aux oreilles du président, logé au 6 étage de l’hôtel. Depuis sa fenêtre, Paul Biya a suivi l’affaire et a fini par envoyer des hommes, certainement des services secrets de la Direction Générale de la Recherche Extérieure (DGRE), filmer les intrus.

Dès leur retour au pays, pour un séjour qui risque d’être écourté, les membres de la famille de ces « révolutionnaires » ne vont pas tarder à défiler devant les enquêteurs -tortionnaires- de Léopold Maxime Eko Eko, le tristement célèbre patron de la DGRE. Si du côté de l’ambassade du Cameroun à Genève comme Paris on ne commente pas l’incident jugé de mineur; du côté de l’hôtel, des responsables ont du mal à laisser passer cette mauvaise publicité.

Pour la quiétude de leurs autres clients qui paient des fortunes, et pour éviter que pareilles situations ne se reproduisent et ne nuisent à leur réputation, ils pourront demander à la délégation camerounaise d’écourter son séjour et de se trouver un autre gite. En attendant leur départ de la capitale helvétique, les services de la présidence se sont rapprochés des services de la police suisse. « Mais, ils ont appris qu’aucune suite judiciaire ne pourrait être opposée à ces manifestants qui ont été, simplement, invités à quitter la propriété privée qu’est l’hôtel. »

Laisser un commentaire