Spoliation foncière/ La ville de Thiès et ses 3 Communes accusées: La Cour suprême va être saisie

A l’instar des autres régions du pays, Thiès n’est pas épargnée par la boulimie et la prédation foncières ». Le constat est fait, à la faveur d’un point de presse tenu ce mardi 23 juin 2020, par le Cadre citoyen contre la spoliation foncière à Thiès.

Le Collectif citoyen contre la spoliation foncière à Thiès, qui regroupe des organisations politiques et citoyennes comme «And Sopi Thiès », « Ensemble », FDS, Pastef, PUR, République des Valeurs, Rewmi, Takhawu Sénégal, Mouvement Y en a marre et des collectifs de quartiers, estime qu’« à l’instar des autres régions du pays, Thiès n’est pas épargnée par la boulimie et la prédation foncières ».

Selon l’ex- juge et leader du mouvement « Ensemble », Ibrahima Hamidou Dème, et ses camarades, « depuis 2000, une pression foncière sur le domaine national et même sur le domaine public a gravement porté atteinte à nos terres et nos forêts ». Et hélas, se désolent-ils, « malgré les promesses faites en 2012 de rétablir la bonne gouvernance foncière, cette situation a empiré ». Les membres du Cadre citoyen contre la spoliation foncière à Thiès se veulent catégoriques: « La ville de Thiès et les trois communes qui la composent sont actuellement au cœur d’un bradage et d’une spoliation foncières sans précédent. Des domaines publics constitués par des espaces verts, des réserves forestières, des espaces non ae dificandi, sont morcelées sans tenir compte de l’impact sur l’environnement et l’écosystème, notamment les inondations qui sont devenues préoccupantes dans la ville.

Et pour couronner le tout, de pauvres citoyens sont dépouillés de leurs parcelles sous prétexte de non mise en valeur par une procédure de désaffection manifestement illégales et dépourvues de toute utilité publique. Toutes ces parcelles sont purement et simplement vendues par les communes ou attribuées à des personnalités avec la complicité de l’administration locale qui n’exerce pas, conformément à ses missions, son contrôle de légalité ».

Selon ces croisés de la lutte contre la spéculation foncière dans la capitale du Rail, « le cas le plus urgent et dans lequel on veut mettre les populations de la ville de Thiès devant le fait accompli, est la bande de terre partant de l’entrée de la commune, longeant le quartier grand standing et allant jusqu’à la gare routière sur la route nationale numéro 2, qui a été morcelée et vendue. Si cet aménagement, qui devait constituer un bois de ville à la suite des travaux réalisés pour la fête d’indépendance de 2004, est transformé en maisons et commerces, c’est tout le visage de Thiès qui va changer et on va encore nous priver du plus important espace vert de notre ville. Or, la révision constitutionnelle de 2016 avait consacré la reconnaissance de nouveaux droits aux citoyens, notamment le droit à un environnement sain sur leur patrimoine foncier. En plus, le Schéma Directeur d’Aménagement du Territoire de 2015, recommandait que les communes contribuent à la création d’espaces verts par l’aménagement d’un jardin public communal dans chaque commune ».

Saisine de la Cour suprême

Aussi pour rétablir les Thiessois dans leurs droits, le Cadre citoyen contre la spéculation foncière à Thiès a décidé, d’une part, « d’exiger la publication du procès-verbal de désaffection et de réaffectation des parcelles danstoute la ville de Thiès » et, d’autre part, de « saisir la Cour Suprême en référé pour faire cesser les violations graves des droits fondamentaux des Thiessois ». Pour l’aboutissement de ce combat, ses membres appellent tous les habitants de la vielle-aux-deux-gares à « la mobilisation pour la préservation de leur patrimoine actuel et celui des futures générations et l’amélioration de leur cadre de vie ».

Selon le juge Ibrahima Hamidou Dème, « c’est une question de justice sociale, et de justice tout court ». L’ancien magistrat rappelle que « pour la qualité du cadre de vie, le schéma recommande que les opérations de lotissement et projets d’habitat respectent le ratio de 10 m2 d’espaces verts par habitant préconisé par l’OMS pour les villes d’Afrique sub-saharienne ». Malheureusement, regrette-t-il, « toutes les actions des communes de la ville, faites avec l’aval des services déconcentrés et de l’administration territoriale, sont aux antipodes de ces recommandations ».

Le Témoin

Laisser un commentaire