Spécial: Ourossogui, le désespoir des populations face au choix d’un maire jadis porté au pinacle

Après le énième conseil municipal raté ce samedi, le maire de Ourossogui -qui joue au dilatoire pour décourager ses conseillers établis loin de leur commune- a convoqué un nouveau conseil municipal demain, mercredi. Et cette rencontre qui risque d’être houleuse est la suite de celle avortée au cours du week-end et accasionné le lynchage de l’opposant, Moussa Dia, et du journaliste Sérigne Dione, de Kewoulo dont la caméra a été cassée par le maire. Alors que l’Etat continue de faire la sourde oreille sur la détresse des populations, une colère sourde résonne à Ourossogui. Et elle risque de déboucher sur des drames aux conséquences fâcheuses.

Loin des caméras et des micros des journalistes, un drame humain est en préparation au cœur de ce poumon électoral si cher au président Macky Sall. A seulement 530 km de Dakar, la capitale du Sénégal, les populations en sont arrivées à s’organiser, en brigade d’auto défense, pour faire face à un maire violent, affairiste, nombrilisme, hautain et sûr de son bon droit d’exercer gratuitement la violence et la terreur sur des populations pacifiques bloquées dans leur désir de vengeance par une présence militaire qui, paradoxalement, ne semble avoir aucun effet sur Moussa Bocar Thiam. Alors qu’une brigade territoriale de gendarmerie est bien présente dans cette partie du Sénégal qui borde le fleuve du même nom, l’ordre public y est constamment menacé. Et nombreux sont les Soguiens qui, à défaut d’avoir été emprisonnés, ont été gardés à vue ou simplement auditionnés par les pandores suite à une de ses nombreuses plaintes déposées par cet avocat si puissant ici et qui, pourtant, à la robe trop courte au barreau de Dakar où il est inscrit.

A LIRE AUSSI: Urgent: Moussa Bocar Thiam et ses voyous agressent ses opposants et détruisent le matériel de reportage du journaliste de Kewoulo

A défaut de gagner le cœur de ses administrés, par des réalisations, c’est par la terreur inspirée par la présence permanente de voyous autour de lui, que le maire de Ourossogui compte imposer sa vision: ce sera lui comme maire, sinon ce sera le chaos. Et pour ne pas voir contester ses choix, il les impose. A l’origine de cette situation, se trouve des pratiques de voyous que le maire de la commune, l’avocat Me Moussa Bocar Thiam, a transporté de son Yarakh natal vers les populations pacifiques de Ourossogui, village d’origine de son père. Avec le temps, et en voyant finir ainsi le mandat de ce fils que tous avaient plébiscité, c’est un énorme sentiment de gâchis qui envahit certains qui, par dégout ou pour ne pas apparaitre comme des fossoyeurs de la paix et de la cohésion sociale, préfèrent simplement se limiter à dire: « c’est dommage qu’on s’apprête à se quitter de la sorte ». Parce que à Ourossogui, tout le monde se connait. Et des familles jadis si proches sont aujourd’hui devenus étrangères, méfiantes et prêtes à en découdre. Il suffit juste d’un acte de trop.

Si, en 2014, nombreux ont été les populations qui avaient créé le consensus autour de Moussa Bocar Thiam, l’arrivée de ce fils inconnu du terroir est considéré aujourd’hui comme une erreur de casting. Et puisque les défaites sont orphelines, à défaut de renier sa progéniture, les pères de ce choix catastrophique profitent de la moindre tribune qui leur est offerte pour plaider leur bonne foi. Et le fait d’avoir été trompé par l’emballage Moussa Ko Bandimène. De cette manière, nombreux sont les anciens fanatiques du maire qui ont tourné le dos à la gestion sinon solitaire clanique de la mairie de Ourossogui. Parce que, si ce n’est Sileymane Thiam, le cadet du maire, c’est sa seconde épouse qui s’installe dans le bureau du premier magistrat de Ourossogui. Et diligente les affaires courantes.

A LIRE AUSSI: Sénégal: Intrusion au cœur de Ourossogui, la ville la plus sale au monde (Photos)

Alors que les populations s’attendaient à une gestion concertée des affaires de la cité, c’est par la terreur et des pratiques de voyous que le maire compte diriger sa ville. Résultat des courses, la petite brigade est constamment sur le qui vive, encerclée souvent par les populations qui comptent sortir les leurs des geôles fétides de la gendarmerie suite aux nombreuses plaintes du maire. A défaut de gagner la sympathie des Soguiens, c’est en usant et en abusant des procédures judiciaires que l’avocat compte faire accepter sa cause. Et ses projets. Parce que, à chaque fois que les populations ne sont pas d’accord avec lui, c’est à des gros bras qu’il fait appel pour créer des bagarres. « Il lui arrive d’amener des lutteurs de Dakar pour imposer des ordres du jour au conseil municipal. » A regretté Ousmane Sy, le second adjoint du maire. Et si les anciens se plient aux désidératas du maire, les jeunes, eux, ont du mal à se laisser piétiner par ce parvenu, parachuté au Fouta par Ousmane Tanor Dieng et soutenu aveuglement par le régime de Macky Sall.

Pour Abdourahmane Bâ Pelé, aujourd’hui tous ceux qui ont participé à l’élection de Moussa Bocar Thiam regrettent d’avoir fait ce choix. « On pensait que l’arrivée des jeunes, représentée par Moussa Bocar Thiam, était une aubaine. Une chance pour notre jeunesse. On se dit que si cette équipe avait bien travaillé, cela aurait incité les jeunes à suivre ses pas. Mais, malheureusement ça ne fonctionne pas comme ça. » A regretté Abdourahmane Ba, Pelé. Pour cette voix autorisée de Ourossogui, de nombreuses terres appartenant à la collectivité ont été vendues par le maire sans que le conseil municipal ne soit consulté. « Ses deux adjoints ne sont impliqués en rien dans la gestion de la collectivité et il brade des sites et nos terres aux privés, sans consulter les conseillers que nous sommes. »

« Il décide de tout, tout seul. Sans consulter personne. » A regretté le conseiller municipal. La dernière fois que l’assemblée communale s’était réunie, c’était en 2016. Et lors de cette ultime rencontre, les conseillers avaient voté un budget de plus de 400 millions. Aujourd’hui, il est pratiquement impossible de trouver trace des dépenses effectuées à partir de ce budget. « Et depuis, c’est tout seul que le maire cavale. C’est tout seul qu’il prépare l’ordre du jour et procède aux dépenses. Et cela est cautionné par le préfet. Ce n’est pas normal ce qui se passe ici« , a regretté Abdourahmane Ba, Pelé. Pour mettre un terme à cette situation qui menace la paix sociale, les jeunes du village issus de la diaspora -pour la plupart- sont sur le pied de guerre, déterminés à changer la donne. Même si pour avoir gain de cause, il sont prêts à porter un sacré coup à l’ordre public.

2 Commentaires

  1. il a parfaitement raison. Ourossogui a la malchance d’avoir un maire incompétent. il initie des projets dans son intérêt personnel sans consulter le conseil municipal. Ourossogui est actuellement en retard sur tous les plans.

Laisser un commentaire