Société: Entre dépit et amertume, les coupables de l’agonie de Ourossogui sont désignés

Ourossogui

Jadis considérée comme le poumon économique de la région de Matam, la commune de Ourossogui est à l’agonie. Si le régime qui compte de nombreux partisans dans cette partie du Sénégal est indexé, nombreux sont les fils de ce terroir qui préfèrent dénoncer l’incompétence et l’insouciance des politiciens locaux. Et dans la ligne de mire de ces populations, se trouve l’équipe municipale qui est, pour beaucoup, responsable de cette situation de banqueroute générale.

Profond est le fossé qui sépare l’équipe municipale de Ourossogui des populations qu’elle est censée administrer. Alors que le maire, Moussa Bocar Thiam, veut faire croire que ce soient des opposants proches d’un certain Ousmane Sonko qui lui chercheraient noise en le mettant en mal avec les autorités étatiques, c’est à l’unanimité que les Soguiens aimeraient faire entendre leur impuissance face à l’inaction de ce maire hautain qui, deux ans après son élection à la tête de la municipalité, a commencé à piétiner ses anciens supporters. Et à imposer sa ferme volonté de vouloir diriger Ourossogui à la baguette. « Le conseil municipal ne se réunit plus que occasionnellement. Selon les humeurs de monsieur le maire. Il n’y a jamais de débats, on se réunit juste pour voter l’adoption de budgets ou des comptes administratifs. » A déclaré Amadou Dia, membre de la commission culturelle de Ourossogui.

A LIRE AUSSI: Sénégal: Intrusion au cœur de Ourossogui, la ville la plus sale au monde (Photos)

Pour ce jeune issu de cette ville fantôme -et l’un des fils du terroir à trouver un emploi chez lui-, « il n’ a aucun programme pour permettre à la commune de Ourossogui de se développer« . Alors que certains voudraient pointer du doigt le régime APR coupable, à leurs yeux, d’avoir laissé cette partie du Sénégal à l’agonie, Amadou Dia se veut plus mesuré. Pour lui, ce sont les acteurs politiques qui devaient être à l’origine du développement de Ourossogui, ceux-là qui ont pris des mandats qui, paradoxalement, ne viennent presque jamais au Fouta. Si ce n’est pour faire entériner des projets opaques dont l’essentiel des conseillers municipaux ignorent tout, c’est pour faire voter des budgets dont on ne voit l’impact nulle part dans la ville.

A LIRE: Spécial: Ourossogui, le désespoir des populations face au choix d’un maire jadis porté au pinacle

Aussi, il a déclaré que « les leaders de Ourossogui n’ont pas de courage politique, ils manquent de vision et de pertinence. Et ce manque de courage fait qu’ils ne bénéficient pas de la confiance du chef de l’Etat, Macky Sall, qui a besoin de personnes leaders qui travaillent pour un Sénégal émergent et qui drainent des foules derrières elles ». Ainsi donc, Amadou Dia avertit les responsable politique du terroir que « en continuant à faire de la politique politicienne et alimentaire, la commune de Ourossogui va disparaître« . Pour lui, « les dirigeants se disent être ensemble alors que se n’est pas le cas: ils se querellent tous les jours à Ourossogui quand ils se rencontrent. »

Conscient des manquements de leurs dirigeants, les jeunes se sont regroupés sous forme de mouvements pour corriger les imperfections de leur édile, Me Moussa Bocar Thiam. Alors que la mairie n’a jamais voulu répondre aux nombreuses sollicitations du seul centre de formation professionnel de la ville pour recruter des jeunes de plus en plus oisifs et errants, ce sont les fils dispersés de Ourossogui à travers la diaspora qui s’organisent pour payer des formations à leurs cadets. Parce que pour cette entreprenante diaspora soghienne, « le développement de leur ville passera forcément par la formation de futurs leaders » capables de faire face aux défis du futur. « Pour avoir de bons dirigeants, demain, on doit bien les former aujourd’hui« , a conclu Amadou Dia qui travaille pour une Ong sur place.

Laisser un commentaire