Société: Les employés de L’Iseg réclament plus de 9 mois d’arriérés à leur direction

Société: Les employés

Suite et pas fin des nuits blanches pour le patron de l’institut supérieur d’entrepreneurship et de gestion, Iseg. Incarcéré depuis mars dernier pour une scabreuse affaire de mœurs, “Diop le beau” fait face, depuis sa prison, à une fronde au sein de la société qui a fait sa renommée. Réunis dans un collectif, ses employés lui réclament une ardoise de 26 millions F. CFA. Et cette somme représente 9 mois d’arriérés de salaire.

Ils étaient ses principaux supporters dans “l’affaire Djeyna Baldé.” Désormais, ce sont eux qui lui font face, pour dénoncer ses pratiques peu recommandables de “patron voyou.” Regroupés au sein d’un collectif, des employés de l’Iseg veulent en finir avec la précaire situation dans laquelle, leur patron, Mamadou Diop Iseg, les a mis depuis le début de leur collaboration. Et cette situation instable a pour soubassement le manque de contrat de travail, pour certains qui ont fait plus de 4 années de présence au sein de l’entreprise. Aussi, ce collectif qui regroupe de nombreux employés s’insurge contre “la  gestion partisane des salaires.” A en croire un communiqué parvenu ce soir à Kewoulo, “si certains courent derrière plus de 6 mois d’arriérés, d’autres sont à 2 mois ou moins. Et tout cela se fait dans une opacité totale.” Aussi, dans ce même communiqué, Kewoulo a appris que “certains travailleurs ont été privés de leur salaire, au détriment d’autres dépenses inutiles, incalculables, inopportunes.

Les rédacteurs du communiqué parvenu à Kewoulo ont fait savoir qu'”(ils) peuvent en citer ses nombreux projets qui n’ont pas tenu le temps d’une journée ou les 15 millions déclarés devant les enquêteurs ayant servi à la prise en charge de la petite Dieynaba Baldé.” Pour rappel, ce sont ses relations interdites avec Djeynaba Baldé, cette gamine de 17 ans, qui ont valu à Mamadou Diop Iseg son arrestation et son placement sous mandat de dépôt en mars dernier. Et depuis cette chute, il a déposé de nombreuses de demandes de liberté provisoire revenues sans suite. Alors que, au début, il avait refusé la paternité de cette grossesse issue de la relation interdite, Mamadou Diop a fini par reconnaître l’enfant de Djeynaba Baldé. Aussi, de sources proches du dossier, Kewoulo a appris que “Mamadou Diop est sorti, discrètement, de prison, accompagné des gardes pénitenciers et est allé déclarer son enfant au centre d’état-civil de Dakar.”  

Aussi, contrairement à la rumeur qui a longuement circulé, l’enfant ne porte pas les prénoms de Seydina Fall Boughazeli, l’autre faussaire présumé qui partageait sa cellule de prison et élargi, récemment, grâce à une liberté provisoire motivée par des “raisons humanitaires.” Pendant ce temps, ses employés qui vont devoir faire face aux festivités de la tabaski considèrent l’avarice de leur patron, à leur endroit, comme un “manque de respect et de considération“. Et après s’être organisés en collectif, ils ont, “dans une démarche responsable qui s’est voulue une gestion à l’amiable“, saisi Mamadou Diop, par l’intermédiaire de son avocat, pour l’informer de leur situation. Et le mettre au courant de leur revendication. Aussi, ce collectif compte saisir la justice dès ce lundi. Et une conférence de presse sera tenue dans la semaine pour informer l’opinion nationale et internationale pour d’autres informations.

 

Laisser un commentaire