Société: Arrêtés dans l’affaire Hiba Thiam, Dame Amar et compagnie menacent de faire une….

“C’est un chantage”, pour les uns, “une rébellion” pour les autres. Mais, une chose est claire, une action symbolique se prépare au sein de la prison centrale de Dakar. Et elle a pour objectif d’obliger les juges à repenser les longues détentions préventives qu’ils imposent aux personnes placées en détention et dont les dossiers sont envoyés en instruction.

A en croire des informations parvenues à Kewoulo, Dame Amar, Diadia Tall et compagnie ont décidé de se rappeler aux bons souvenirs des juges qui les ont placé en détention depuis plusieurs mois. Et tardent à décider la sanction qui doit leur être appliquée. Alors, pour mettre un terme à ce qu’ils considèrent comme “une longue et injustifiée détention”, les détenus ont décidé d’arrêter de se nourrir, dès ce vendredi.

Incarcérés depuis 8 mois, suite à la découverte du corps sans vie de Hiba Thiam, décédée des suites d’une overdose au cours d’une soirée privée aux Almadies, le temps semble s’arrêter pour ces jeunes qui carburaient à la coke, ne fonctionnaient que la nuit. Et se souciaient peu de la notion du temps comme du précieux de la liberté. Et ce n’est une fois qu’ils se sont retrouvés entre quatre murs qu’ils ont pris conscience de l’importance de toutes ces notions. Et veulent rejoindre la société.
Pour rappel, alors que le pays tout entier était confiné et soumis à un couvre feu, Dame Amar et compagnie avaient, avec la complicité d’un policier, réussi à passer les barrages policiers pour se retrouver dans un appartement meublé des Almadies. C’est dans cette villa, appartenant à Rougui Diao, la fille de Baba Diao, que la tragédie est survenue. Et depuis lors, les personnes impliquées dans ce drame ont été placées en détention et sont poursuivies par la justice. Comme l’attente leur semble longue, ils ont un envoyé un courrier au procureur général de la Cour d’appel de Dakar, via leurs avocats, pour l’informer de leur décision d’arrêter de se nourrir.

 

Laisser un commentaire