Société: Affrontements du Cap-Skirring, les deux blessés se rétablissent à l’hôpital régional de Ziguinchor

Après un samedi de tous les dangers, le calme est revenu dans la station balnéaire du Cap Skirring, en Casamance. Alors que l’enquête ouverte par la gendarmerie continue son cours et que les principaux activistes arrêtés et remis en liberté sont entendus par les enquêteurs de la brigade de gendarmerie locale, de folles rumeurs ont fait le tour de la toile annonçant la mort de la dame blessée par balle.

Contrairement à ces rumeurs, Kewoulo, qui suit ce dossier de très prés, est en mesure d’annoncer que cette dame -dont les images, au sol, ont fait le tour du monde- est bel et bien vivante. Elle se nomme Binta Sèye, Mame Sèye pour les intimes. Âgée de 42 ans, Mame Sèye est une veuve qui s’adonne au petit commerce de proximité pour nourrir ses enfants. A en croire des sources proches de sa famille, cette mère de famille dont les activités dépendent essentiellement de l’eau -puisqu’elle vend des petits déjeuners- était à son commerce quand elle a entendu les gens marcher « pour, disait-on, aller chercher de l’eau. »

« Sans chercher à comprendre, elle a pris une bassine vide et a suivi la foule espérant qu’on allant lui donner de l’eau. Mais, à notre grande surprise, les gendarmes se sont mis à jeter des grenades dans la foule. Puis, elle s’est affalée, touchée par une balle dans l’œil. » Ont soutenu de nombreux témoins interrogés par Kewoulo. Atteint au niveau de l’œil, Binta Sèye a été transportée à l’hôpital régional de Ziguinchor où elle a été opérée et internée. Comme elle, un jeune garçon de 21 ans a, lui aussi, reçu « une balle des gendarmes. »

Il se nomme Aliou Diamanka. Et, il a la jambe actuellement immobilisée à cause d’une fracture ouverte. Aussi, un troisième individu blessé avait été évacué vers le poste de santé de Oussouye. « Le malade que nous avons reçu du Cap-Skirring a quitté nos locaux depuis hier. Sa blessure au poignée est légère ». Ont révélé des sources médicales interrogées par Kewoulo.

Pour rappel, les populations du village de Cap Skirring, de Boucotte et de Djembering s’étaient données rendez-vous, ce samedi, pour marcher contre le manque d’eau dans cette partie méridionale du Sénégal. Sous prétexte que les rassemblements étaient interdits en cette période de couvre-feu, les gendarmes ont chargé la foule; causant de nombreux blessés et 9 personnes arrêtées. Pour apaiser la tension, ces personnes arrêtées avaient été remises en liberté et convoquées ce lundi matin pour audition.

 

Laisser un commentaire