Sénégal-Pétrole : Ces mesures avant-gardistes fortement prônées par le duo Seye et Dabo

Sénégal-Pétrole : Ces mesures avant-gardistes

Le Sénégal va devenir un pays producteur de pétrole. Un statut qui peut enclencher une ruée de migrants et des problèmes de sécurité et de santé. Et pour la défense des interêts du Sénégal, deux fils du pays, Boubacar Sèye et Me Cheikh Tidiane Dabo mouillent déjà leurs robes noires pour défendre l’intérêt des Sénégalais.

Pour eux, il faut un cadre de réflexion consistant à prendre les mesures légales, sécuritaires et sanitaires pour encadrer la gestion et l’exploitation de l’or noir, objet de beaucoup de convoitises de la part des pays occidentaux. Ces avocats ont indiqué la voie à l’Etat du Sénégal devant la presse, ce lundi.

Ces spécialistes du droit se soucient des conditions de gestion des nouvelles ressources naturelles découvertes au Sénégal : le pétrole et le gaz. A l’heure de l’exploitation de ces ressources,  Boubacar Seye et Me Cheikh Tidiane Dabo veulent susciter le débat sur la gestion du pétrole au Sénégal.

Ils ont déploré le manque de lois pour encadrer une bonne exploitation de cet or noir, objet de beaucoup de convoitises dans le monde. Boubacar Seye: «le Sénégal aborde une nouvelle ère avec la découverte du pétrole et du gaz. Ces matières premières sont souvent sources de pauvreté, de maladies dans les pays producteurs. Nous devons prendre notre responsabilité car ses ressources encouragent les flux migratoires. Vu le taux de consommation dans les pays occidentaux. Ces pays développés ont un modèle économique énergivore ».

A titre d’exemple Seye indique «l’Amérique du nord dont la population représente 5% de celle mondiale consomme 25 % de la production mondiale. L’Europe, (9 %), consomme 21% de la production mondiale. Cela veut dire que les pays occidentaux ont déjà la moitié de la consommation mondiale au détriment de l’Afrique qui représente 16% de la population mondiale n’a que 3% comme taux de consommation, et l’Asie, le continent plus peuplé dans le monde avec 30% de la population mondiale.»

Alors, insistent l’avocats, «il faut un cadre réflexion pour gérer les conséquences désastreuses que l’exploitation du pétrole peut causer au Sénégal. Comme l’intoxication, les maladies et le syndrome du flux migratoire.  Bref, les risques liés à la gestion néfaste de l’exploitation. Il y a un défi sécuritaire, de santé publique. Ensuite, si le Sénégal ne prend en compte tout cela, il y aura un pillage dans l’exploitation».

Dans le même sens, abonde l’avocat au barreau de Strasbourg. Cheikh Tidiane Dabo est convaincu que le Sénégal doit faire preuve d’abnégation, sinon les étrangers vont venir nous prendre tout notre bien et nous laisser les problèmes de santé, de sécurités et tant d’autres risques.

Le constat, selon  Cheikh Tidiane Dabo, «est qu’il y a un durcissement des conditions d’entrée dans ces pays producteurs de pétrole comme le Gabon, l’Angola, la Guinée Equatoriale et même en Asie. Si on ne prend pas nos précautions, on risque de connaître ce boom migratoire. Et pour des raisons de sécurité, les autorités doivent réfléchir sur la question. En tout cas en ce qui concerne la législation, rien n’est prévu pour parer à cela ». Il conclut : « Il faut qu’on anticipe ». 

Laisser un commentaire