Sénégal: Les banquiers brisent « le secret bancaire » et vendent « le tout digital »

Sénégal: Les banquiers brisent

Jusque-là emmurés dans leurs bureaux et protégés par des vigiles armés comme par « le secret bancaire », les professionnels de banques et institutions financières du Sénégal ont décidé de briser le silence. Et parler des sujets tabous. Face à la rédaction de Kewoulo TV, le directeur général de l’APBF, M. Souleymane Soumaré, s’est prêté au jeu des questions réponses. En regardant droit la caméra, il a expliqué comment le secteur bancaire se bat pour satisfaire les usagers sénégalais même s’il concède que tout n’est pas blanc dans le secteur.

Considéré jusqu’à une date récente comme l’un des milieux les plus secrets de la société, le secteur monétique et bancaire a décidé de s’ouvrir à la société. En exclusivité pour Kewoulo, M. Souleymane Soumaré, le directeur général de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Sénégal (APBEF) s’est soumis aux exigences de La Grande Audition. Face à Babacar Touré, il a annoncé que « les 25 banques et 3 institutions financières que comptent le Sénégal œuvrent pour le bien de l’économie sénégalaise« . Défenseur tout indiqué des banques, M. Souleymane Soumaré a déclaré que «les principales difficultés que rencontrent ses collègues sont la recherche de la clientèle et sa fidélisation.»

Cette fidélisation, qui est au cœur des enjeux, a été mise sur la table, par le présentateur de l’émission, qui n’a pas manqué de noter les nombreux manquements causés par les professionnels de banques au détriment des clients. Paradoxalement, alors que les banquiers ne se remettent jamais en question, ne laissant aucune possibilité de recours aux usagers, le DG de l’APBEF a fait son méa-culpa.

Aussi, se portant en faux contre certaines affirmations qui font des banquiers des sourds muets face aux requêtes des usagers, le directeur général de l’APBEF a déclaré que des systèmes de contrôles sont mis en place, dans les banques, pour écouter les doléances des clients. Et trouver des solutions à l’amiable. Aussi, alors que toutes les banques présentes au Sénégal sont des filiales de grands groupes occidentaux, Souleymane Soumaré a déclaré que « toutes ces banques sont de droits sénégalais. Et appartiennent à des nationaux. »

Alors que les usagers du système monétique plébiscitent l’arrivée massive d’acteurs de la monnaie electronique, avec Wari, Joni Joni et Orange-Money qui font des émules, Souleymane Soumaré est d’avis que les banques traditionnelles ne sont pas en reste. Et sont de plain-pied dans le digital. Mais, voilà ! Là où les banques mettent pleins des lourdeurs administratives pour sécuriser la circulation de la monnaie fudiciaire, les acteurs du secteur virtuel facilitent les transactions en quelques clics.

Cette aisance dans la transaction a permis à de nouveaux acteurs de se faire une place au soleil, au détriment des banques traditionnelles toujours accrochés à la monnaie plastique et fiduciaire. Et cette concurrence saluée par les usagers est jugée déloyale par les professionnels de la banque qui, à défaut de pouvoir faire de l’ombre à Wari et compagnie, ont décidé de se mettre au ebanking. Mais, l’arrivée, les nouveaux banquiers séduisent plus que les anciens.

Laisser un commentaire