Quarante-huit heures après la découverte du corps de Marcel Sy, cet étudiant en 2 eme année de Thèse et stagiaire à l’hôpital de La Timone de Marseille, le flou total continue de couvrir les circonstances du décès de l’étudiant. Et en l’absence des conclusions de l’enquête ouverte par la police judiciaire située dans l’Evêché, la famille a exprimé son dégout de voir les journalistes tirer une conclusion hâtive de l’affaire.

« On vient de voir partout dans les médias que notre cher défunt Marcel Sy a été trouvé mort dans sa chambre, pendu. Il se serait « suicidé », alors que cela est une fausse information. A l’instant où je vous parle, son corps est dans l’hôpital pour une autopsie. Et personne ne peut dire, pour le moment, la cause ou la raison de sa mort ».

Très remonté « certains journalistes » qui ont conclu l’affaire, en parlant de « suicide par pendaison », Edouard Babacar Sy, frère du défunt, Sapeur Pompiers résidant au Sénégal, a déclaré que seule l’enquête de police pourra dire clairement ce qui s’est passé. En attendant les résultats de cette enquête, il voudrait que « le monde entier sache que les informations relayées par les médias sur un probable suicide sont non fondées. »

Comme lui, une proche de Marcel Sy contactée par Kéwoulo.com, en France, réfute cette thèse du « suicide. » Mais, au contraire du frère, elle voudrait, par respect, pour la mémoire de ce jeune à qui un avenir radieux semblait tracé, ne pas se prononcer dans les médias.

« Si j’ai des choses à dire, ce sera à la famille. Nous avons entendus tout et son contraire. Et nous préférons nous concentrer sur notre deuil« , a t-elle lâchée, dépitée par la ruée médiatique et « les détails obscènes » donnés par les journalistes sur les conditions de la découverte du corps.

En deuxième année de thèse, Marcel Sy était un brillant étudiant en médecine et était bien intégré à l’hôpital où repose désormais son corps. A en croire des connaissances vivant dans les Province Alpes Côte d’Azur, « il a terminé l’année académique 2015-2016 avec une moyenne de 14/20. » Il n’aurait de problème particulier avec personne.

« Rien ni dans son comportement ni dans ses dernières conversations ne laissait envisager qu’il puisse vouloir attenter à sa vie. » A déclaré une amie résidante à Marseille. Pour cette dernière, « quand on est dans la ville la plus dangereuse de France, il ne faut jamais conclure une enquête criminelle sans l’avoir démarrée ».

Laisser un commentaire