(Reportage) : Sédhiou, cette région « riche », est la 3e région la plus pauvre du Sénégal

Reportage : Sédhiou, cette région "riche"

Reportage : Sédhiou, cette région "riche", est la 3e région la plus pauvre du Sénégal

Erigée en région en 2009 sous l’ère du Président Wade, Sédhiou ou la capitale du Pakao est, selon le classement de l’indice de pauvreté au Sénégal, la 3e région la plus pauvre. Cette pauvreté, issue de plusieurs facteurs qui sont liés entre autres à l’absence des infrastructures sociaux de base, plonge ainsi cette zone paradoxalement « riche en potentiel naturel ». Dans ce reportage quelques acteurs sont intervenus expliquant ainsi les facteurs qui sont conduit à cette extrême pauvreté et ont proposé des solutions de sorties de crise.

Du temps des colons jusqu’à ces dernières années, Sédhiou a toujours été une référence au Sénégal. Située au sud du pays, plus précisément en moyenne Casamance, Sédhiou est érigée en région par le régime du président Abdoulaye Wade.

Mais une région qui jusqu’à présent souffre de manque d’infrastructures tant au plan administratif que social. Le cas de Sédhiou est « inquiétant« . Pour certains acteurs intervenant dans la zone, cette situation est due au faible revenu des populations.

Dans le classement de l’indice de pauvreté au Sénégal, Sédhiou est la 3e région la plus pauvre avec comme taux de 68,3 pour cent.

Nfally Badji, le directeur de l’agence régionale de développement, au micro de nos confrères de Sud Fm, confirme bien ces propos : « le taux tourne autour de 68,3 pour cent. Nous occupons la 3e position en terme de région la plus pauvre du Sénégal« .

Selon les constats faits, les indicateurs sont surtout l’absence remarquable des infrastructures sociaux de base, le non accès à l’eau dans certaines zones de la région, inaccessibilités des soins, l’éducation, etc.

Par contre, il faut noter aussi que l’enclavement de la région constitue un des facteurs ayant conduit à cette situation.

C’est pourquoi monsieur Mamadou Lamine Sadio, coordinateur de l’Ong Enfance et Paix et qui se trouve être le président de la cellule régionale du Congad d’ajouter que : « C’est une région très enclavée. Même en cas de productions, il y a d’énormes difficultés pour acheminer les productions« .

Par ailleurs, les acteurs concernés par ce phénomène ne cessent de se regrouper autour d’une table pour trouver des solutions. Mais comme proposition de solutions, il y a lieu d’organiser, selon toujours le coordinateur de l’Ong Enfance et Paix, « des formations pour ces ressources humaines qui ne sont pas souvent très qualifiées« .

Dans ce sens, pour le chef du service régional de l’action sociale de Sédhiou, Amadou Ibra Ndiaye « beaucoup de ménages sont aujourd’hui vulnérables et exposés aux aléas de la pauvreté. C’est pourquoi l’Etat est entrain de mener des actions comme les bourses de sécurités sociales, les cartes d’égalités des chances, la Cmu et autres programmes liés à l’entreprenariat des jeunes et des femmes pour lutter contre cette pauvreté« .

Quand à l’Action sociale, par la voix de son Dg Monsieur Sadio de proposer des formations car elles sont « importante quand on parle d’agriculture, d’élevage comme étant des leviers sur lesquels on peut s’appuyer pour booster le développement et éradiquer la pauvreté« .

A la lumière de ces propositions, il faut aussi mettre sur pied un programme globale de développement sectoriel pour sortir l’ancienne capitale de la Casamance de cette extrême pauvreté qui participe aussi à l’éxode rurale et parfois favorise l’immigration clandestine.

Laisser un commentaire