Rappel : Serigne Touba Khadimou Rassoul, 91 ans après sa disparution

Rappel : Serigne Touba Khadimou Rassoul

Texte alternatif de la bannière

Touba, le haut lieu de la spiritualité mouride, est en deuil ce 19 juillet 1927… Cheikh Ahmadou Bamba vient de quitter ce futile bas-monde, à Diourbel, au milieu des siens. La communauté musulmane soufie qu’il a créée, la confrérie mouride, prospère déjà. Elle deviendra très importante au Sénégal.

Né en 1853, Cheikh Ahmadou Bamba revêt, en terre « wolof », « l’habit des Saints » et est investi de la charge de khalif pour la région. Très vite, sa popularité dépasse le cadre de la petite communauté qu’il crée à Touba en 1886. Paysans, soldats déçus et opprimés viennent chercher protection auprès du marabout.

L’administration coloniale s’en inquiète. En août 1895, Cheikh Ahmadou Bamba est arrêté puis jugé à Saint-Louis par un conseil composé de fonctionnaires coloniaux. Il est alors condamné à la déportation en Afrique équatoriale française. Exilé dès septembre 1895, il passe 7 ans et 9 mois au Gabon.

Serigne Touba Khadimou Rassoul est autorisé à revenir au Sénégal en 1902 grâce à l’intervention, probablement, du député métis Carpot élu au parlement français. Reconnaissant finalement Cheikh Ahmadou Bamba comme un saint homme, la France lui décernera la croix de la Légion d’Honneur : il refuse de porter la décoration. « Je suis le captif de Dieu et ne reconnais pas d’autre autorité que lui », dit-il.

Des millions de fidèles suivent aujourd’hui sa voie. Pour eux, Serigne Touba, c’est la voie vers le salut car il n’a enseigné que les écrits d’ALLAH à travers le Saint-Coran et perpétré l’oeuvre du Prophète Mouhamed (PSL).

Aujourd’hui encore, ses Qaça’ids continuent de « redresser les âmes perdues ». La communauté mouride est devenue, au fil des années, un oasis dans un désert de bontés islamiques.

Laisser un commentaire