Poursuivi pour viol, Cheikh Jackson risque 5 ans de prison

    Poursuivi

    Cheikh Jackson risque gros. Le jeune libérien, coiffeur de profession, âgé de 23 ans et vivant à Dakar, est accusé de viol sur la personne de Sokhna Charolle Faye, nouvelle bachelière de 20 ans et domiciliée à Guédiawaye.

    Le Parquet, dans son réquisitoire, a demandé au tribunal des flagrants délits de Dakar de reconnaitre coupable le sieur Jackson des faits qui lui sont reprochés et de le condamner à une peine d’emprisonnement de 5 ans ferme. L’affaire sera délibérée le 3 novembre prochain.

    A la barre, Cheikh Jackson, très serein dans ses déclarations, n’a pas reconnu le délit de viol dont il est poursuivi. Par contre, il a reconnu avoir entretenu des relations sexuelles avec la plaignante à deux (02) reprises, avec consentement. Aussi, il a soutenu que Sokhna Charolle est sa petite amie et qu’il souhaite l’épouser. «On sortait ensemble et on s’aime. Elle vient régulièrement chez moi. On a flirté et puis on est passé à l’acte. Une semaine après, elle est venue chez moi et on a fait l’amour encore. Et tous deux (02) rapports sexuels ont eu lieux avec son consentement», a-t-il détaillé aux juges.

    Ces arguments du mis en cause ont été battus en brèche par la victime Sokhna Charolle Faye. Elle a soutenu que son bourreau n’est pas son petit ami et qu’elle l’a connu par l’intermédiaire d’un de ses amis du nom de Fofana. La nouvelle bachelière a déclaré que c’est lors d’une de ses visites, que le sieur Jackson l’a forcée à entretenir des relations sexuelles avec elle.

    «Quand je suis rentrée dans sa chambre, il a aussitôt fermé la porte à clef. Il m’a demandé de me déshabiller, j’ai refusé. Il s’est déshabillé et m’a trouvé sur le lit pour me faire l’amour mais je n’ai pas accepté. Ainsi, il a utilisé la force pour me déshabiller. J’ai crié de toutes mes forces pour alerter les voisins, en vain. Il m’a même dit que je peux crier autant que je veux et personne ne viendra. Il s’est couché sur moi et m’a pénétré avec force alors que j’étais vierge», a-t-elle expliqué aux juges. Elle ajoutera par la suite que «le libérien ne s’est pas limité à ce premier forfait. »

    Le Procureur, dans son réquisitoire, a noté que les faits sont constants. Mais, estime que même si les concernés sortaient ensemble, il faut un consentement pour entretenir des rapports sexuels. Ce qui n’est pas le cas dans cette affaire. Car, le sieur Jackson a brutalisé la victime et l’a violé. D’ailleurs, le Certificat médical d’agression sexuelle, daté du même jour où a lieu le viol, c’est-à dire le 21 septembre dernier, a montré que la jeune fille a des déchirures hyménales récentes.

    Cheikhou AIDARA

    Avec Seneweb

    Laisser un commentaire