Postes et Télécoms: »Il nous faut un système d’adressage cohérent en Afrique pour prendre part au marché du commerce électronique »

Postes et Télécoms:"Il nous faut

Après une première rencontre à Dakar en 2015, les professionnels des services postaux sont encore en conclave dans la capitale sénégalaise. Ils veulent coordonner leurs efforts pour prendre activement part aux juteux marchés du commerce électronique accaparés par les pays du nord. Et face aux nombreuses opportunités, le continent a décidé de prendre sa part du gâteau.

Oubliés des marchés électroniques, les acteurs africains des services postaux ont décidé de corriger l’injustice dont ils sont victimes de la part de leurs collègues de l’hémisphère nord. Et se partager, avec eux, les importants flux financiers récoltés par les géants de la distribution grâce au commerce en ligne.

En conclave à Dakar, depuis ce matin et pour les 4 prochains jours, les camarades d’Abdou Karim Sall, le directeur général de l’ARTP, ont décidé de ne plus rester en rade de ce pactole gigantesque que Ebay, Amazon etc. raflent sous leur nez. Alors qu’une récente étude a démontré que 15.000 milliards de dollars américains avaient été obtenus dans le monde, grâce au commerce électronique, on y a découvert que le continent africain -d’où sont passées des quantités de marchandises- n’a pu récolter que 2% de cette manne.

La raison principale de cette anomalie est le fait que les services postaux africains ne sont pas préparés à ce subite changement. Alors, pour ne plus rater ces opportunités, M. Abdou Karim Sall et ses hôtes ont déclaré que l’Afrique ne doit miser sur les Nouvelles techniques de l’information et de la communication. Une bonne connexion internet doit être accessible à tous. Et partout. Et le Sénégal qui semble être leader dans le secteur a déjà entamé sa révolution numérique avec la libération des FAII et de l’internet. Aussi, Abdou Karim Sall a déclaré que « des sites marchands doivent être créés. Et le commerce en ligne encouragé. »

Pour que le continent puisse prendre sa part de ce juteux marché, les postiers sont conscients que seule une bonne connexion internet ne suffit pas. Face à la presse, le directeur général de l’ARTP a déclaré que les africains doivent réfléchir sur les voies et moyens d’avoir un secteur postal dynamique. A cela, s’ajoute la nécessité d’avoir un système d’adressage exacte. « Chaque pays doit avoir un système d’adressage cohérent. Afin qu’on puisse dans les délais, et en toute sécurité, livrer les paquets à leurs destinataires. » Alors que beaucoup de choses restent à faire, Abdou Karim Sall et ses camarades se sont fixés comme objectif 2020.

Laisser un commentaire