Politique: A Darou Mousty, Thierno Lô responsabilise les femmes avec des calebasses d’autonomisation

La deuxième plus grande ville du Ndiambour a, ce week-end, vécu au rythme de la cadence imposée par l’ancien ministre, Thierno Lô. Contrairement aux nombreux acteurs politiques qui, en cette période de rebattage des cartes électorales et malgré le retour timide des cas de Covid, continuent d’organiser de grands rassemblements humains, le président de l’Alliance pour la Paix et le Développent (APD), lui, a décidé de faire les choses autrement.

Le président du PAD, Thierno Lô, a lancé sa rentrée politique dans le Ndiambour. Plus discrètement et de manière plus efficace. Commencée le vendredi dernier, c’est hier dimanche que s’est soldée la tournée, pas économique, mais politique de celui sur les épaules de qui pèse l’espoir de tout Darou Mousty. Avec les responsables politiques de l’APD, le Zidane de la politique nationale a présidé le gala des arts martiaux organisé, ce vendredi, dans cette deuxième grande ville du mouridisme. Après avoir accompagné les sportifs, qui en ont fait leur parrain, l’ancien ministre de l’Environnement de Me Wade a organisé un point de presse, le lendemain, samedi pour échanger avec les journalistes sur les actualités brulantes du moment.

Avant de venir faire face aux journalistes, Thierno Lô a tenu à rencontrer les femmes de son parti pour remettre, à certaines d’entre elles, des financements pour démarrer ou renforcer des activités créatrices d’emplois. Des calebasses de 100.000 FCFA ont été données par tête. “Pour permettre aux femmes de sortir de la pauvreté, il faut leur trouver du travail. C’est pour avoir compris cela que notre parti a décidé de les financer, sans intérêt. Aussi, le PAD a décidé de leur offrir des formations à la fabrication de l’eau de Javel, du Madar et du savon. Pour nous, c’est un pari pour l’autonomisation des femmes.” A fait savoir à Kéwoulo une des responsables du PAD.

Pour cette responsable politique, si le PAD a décidé de donner des ressources à la place des meeting trompeurs, dans lesquels des transports du bétail électoral sont fait à la place de rassemblements spontanés de militants -donc de l’électorat-, c’est parce que les camarades de Thierno Lô ont compris que ces millions dépensés pour se payer une popularité auraient pu servir autrement. “Mais, les gens ont des difficultés à rompre avec les magouilles et la tricherie.” A fait savoir cette responsable qui croit que la manière de faire la politique doit être revue dans ce pays. Sur la voie de ce changement des mentalités, dans cette ville située à 28 km de Louga, Thierno Lô et les siens ont organisé une assemblée générale pour discuter des questions essentielles de leur parti. Et du Sénégal.

Laisser un commentaire