“Sans Pape Bouba Diop, j’ai peur de retourner à Lens”, les confidences de la Marie Diop

La veuve de l’ancien international sénégalais décédé le dimanche 29 novembre 2020 de la maladie de Charcot et enterré -le dimanche 5 décembre 2020- à Rufisque, sa terre natale, au Sénégal a accepté de se livrer à des confidences avec nos confrères du Quotidien sportif, Stades. Dans cet entretien, elle est revenue sur les conditions dans lesquelles le mythique n°19 a fait connaissance avec sa maladie. Mais aussi la dignité avec laquelle il abordé tout ceci jusqu’à ce que la mort l’emporte, dans sa 42 ème année de vie.

“Ça a commencé par la paralysie d’une main, ensuite d’une deuxième main. C’est une maladie dégénérative, elle avance tout doucement. Chaque mois, vous perdez quelque chose. C’est-à-dire vous faites quelque chose, le mois d’après vous ne savez plus le faire. Ça arrive tout doucement, c’est la maladie qui a été classée l’an dernier la maladie la plus cruelle de l’année”, a-t-elle confié dans un entretien accordé au quotidien sportif Stades.
La veuve de Pape Bouba Diop d’ajouter : “Donc, cela a commencé par le bras, les jambes, puis le niveau respiratoire. C’est une maladie très dure, mais il (Pape Bouba Diop) ne s’est jamais plaint. Il me disait ce dont il avait besoin sans râler. Quand on est allé à l’hôpital, le docteur nous a dit qu’il n’y a pas de traitement pour sa maladie. J’ai fait des recherches pour savoir le nom de la maladie, j’ai pleuré en disant ceci : “mais c’est horrible.”
Et de poursuivre son témoignage : “Pape Bouba, lui, ne voulait rien savoir de sa maladie et m’a dit : “Marie arrête de pleurer, dans la vie, il y a le bon et le mauvais côté.” Il n’avait pas voulu que j’informe sa famille de sa maladie pour ne pas les inquiéter. J’ai respecté son choix, car je ne pouvais aller contre sa volonté. Maintenant, j’ai peur de retourner à Lens”.

Laisser un commentaire