OMS: l’inadaptation des systèmes de santé sur le tabac et la préoccupation africaine

OMS: l’inadaptation des systèmes de santé sur le tabac

La 68e Session du Comité régional de l’Organisation mondiale de la santé (Oms) a servi de tribune pour les ministres de la Santé de la région Afrique pour lister quelques difficultés liées à leurs responsabilités. Réunis dans le cadre d’une plénière, des ministres ont soulevé quelques manquements devant les autorités de ladite organisation mondiale. Le ministre de la Santé du Mali pour sa part déplore le caractère archaïque des systèmes de santé de certains pays de la région Afrique.

 

« Il nous faut revoir nos systèmes de santé en profondeur. Nous pensions que les pays sont éloignés alors qu’ils sont très proches. On a besoin d’une reforme de notre système notamment au niveau périphérique. Très rarement nos hôpitaux sont au point dans nos pays. Il est important que nos villageois puissent accueillir les acteurs de la santé chez eux. C’est de l’E-Santé qu’il s’agit. Il nous faut réformer notre système de santé. C’est quasiment le même depuis 50 ans. Nous souhaitons que l’Oms continue à nous aider notamment dans le domaine de la santé néo-natale et maternelle, l’eau, l’assainissement, l’insécurité. Il faut qu’on développe des initiatives spéciales pour ces zones d’insécurité. Et si on n’y arrive pas, il y aura de plus en plus des zones d’insécurité dans lesquelles les maladies vont continuer à se développer« , a-t-il défendu.

 

Son collègue du Tchad a lui dénoncé vivement le niveau de la consommation de tabac dans son pays. « Chez nous, c’est plus de 40 millions de tabac qui sont vendus chaque année’’, a-t-il confié en relevant par la même occasion « un problème de données et de renforcement du système de santé. Il faut plus de redevabilité’’.

« Il faut renforcer les lois contre le tabac si nous voulons gagner le combat contre l’industrie du tabac. Il y a un effort qui doit être fait pour réduire les coûts des médicaments et des traitements. Président ! Les épidémies ne prendront pas fin d’ici demain, il y en aura encore et encore qui se produiront dans le continent« . Il y a 3 raisons, sur lesquelles il dit s’appuyer pour étayer ses propos. « Il y a des changements climatiques ; la résistance de certains agents pathogènes et le fait que certaines personnes aient recours à certains être vivants pour se nourrir’’, a dit un des acteurs sud africain.

Ce dernier a sonné l’alerte. ‘’L’industrie du tabac aujourd’hui progresse. Elle utilise les jeunes et leur offre du travail. Elle envoie des messages aux jeunes pour leur dire que lorsqu’on combat l’industrie du tabac, on réduit des emplois alloués au jeunes. Il nous faut envoyer des messages aux jeunes pour les sensibiliser sur les dangers. Il vous faut envoyer des messages pour mieux appuyer ce qui se fait au plan local’’, dira-t-il.

Laisser un commentaire